Archives pour la catégorie Ecommerce

Créer une boutique en ligne : Les tests de solutions

 Icône par Eucalyp de www.flaticon.com sous licence CC 3.0 BY

Nous continuons avec notre série sur la création d’une boutique en ligne.  La semaine passée, nous avons balayé les différentes solutions utiles pour la création d’une boutique. Nous sommes partis sur une base de 31 plateformes et après avoir appliqué l’un des critères importants qui est le prix et surtout la possibilité de test, nous sommes retombé  à 10 plateformes sélectionnées.

Les billets publiés dans cette série “Créer Une Boutique” comportent :

  1. Créer une boutique en ligne : La Check-list
  2. Créer une boutique en ligne : Où vendre?
  3. Créer une boutique en ligne : Comment vendre?

Le rituel du rappel…

Je rappelle que j’avais arrêté quatre critères pour le choix de la plateforme : le prix, les fonctionnalités, la facilité d’utilisation et la qualité du service client. La qualité du service client ne se juge qu’après une relation suivie. Le seul élément qu’on peut apprécier directement est la documentation du produit et les différents canaux établis pour la relation client (téléphone, mails, chat en ligne, …etc). Par contre, pour les fonctionnalités et la facilité d’utilisation, les 2 autres critères, cela est facile compte tenu des périodes d’essai sans engagement offertes par les différentes solutions. C’est donc à ces périodes d’essai que nous nous soumettrons dans le billet d’aujourd’hui qui, j’en suis sûr, sera découpé en plusieurs parties pour faciliter la lecture et la digestion. Pourquoi cette prévision avant même d’avoir commencé les tests? Tout simplement parce que nous avons 10 plateformes à tester et à moins de singer les tests avec les tableaux remplis de critères et de notes, un test “réel” doit passer en revue de fond en comble une plateforme. Ma méthode est simple : rendre vivant le test en associant l’écrit et le test au même moment, pour ne  ni évacuer mes premières impressions, ni mes revirements. Retour au centre du sujet.

Les plateformes retenues pour les tests de fonctionnalités sont les suivantes :

Pour ceux qui veulent les détails de la procédure qui nous a conduit à cette liste, retour à l’article “Créer une boutique en ligne : Comment vendre?”.

Nous allons parcourir les fonctionnalités de ces plateformes pendant les périodes d’essai offertes qui durent en moyenne 14 jours. Mais je n’aurai pas besoin de 14 jours car ce n’est pas un test en environnement de production. Pour faire un test en environnement de production, il faut disposer d’un produit, ce que je n’ai pas pour le moment. J’aborderai la question du produit dans les semaines à venir et vous verrez mon cheminement jusqu’au choix d’un produit.

Mais avant d’y arriver aux tests, il faut savoir ce qu’on attend du test, ou de façon détournée, ce qu’on attend d’une solution d’e-commerce. Qu’est ce que je gagne à souscrire à une solution comme Shopify, pour être sevré de 29 US dollars chaque mois. Le principe est simple : une solution d’e-commerce vous permet tout simplement de proposer un catalogue (liste de produits avec prix associés) à des clients pour leur permettre de passer des commandes. Ça, c’est pour le principe. Maintenant, l’application du principe varie entre les plateformes. Pour y voir clair, nous allons aborder le fond et la forme dans l’application de ce principe. Commençons par le fond.

Le fond d’une solution d’e-commerce

Pour avoir un canevas sur les différentes fonctionnalités d’une solution d’e-commerce, j’ai dû balayer pendant des heures les sites web en passant par le moteur de recherche presque “naturel”, entendez Google. La seule ressource en langue française intéressante pour le profane vient de Smile à travers la publication d’un livre blanc intitulé “e-Commerce open source”. Ainsi, ce livre blanc selon Smile  “propose donc un panorama des solutions open source disponibles en matière de e-commerce. (…) une sélection des meilleurs outils, (…) les grands domaines de fonctionnalités, (…) pour chacun d’eux, comment se positionnent les outils sélectionnés.”

Mon intérêt pour ce livre blanc ne porte pas sur solutions open source disponibles mais sur les “grands domaines de fonctionnalités” présentés à l’intérieur.  A partir de ce livre blanc, on peut établir quatre domaines de fonctionnalités : Continuer la lecture de Créer une boutique en ligne : Les tests de solutions 

Créer une boutique en ligne : Comment vendre?

vintage-2168174_1280  Pixabay by AnnieSpratt

Le mois passée, à l’occasion de la présentation de mon projet de création d’une boutique en ligne,  j’avais abusivement réduit l’équation de la boutique en ligne en trois (3) paramètres :

  • le produit,
  • le site web,
  • et le client.

Ainsi, pour la première marche, j’ai choisi d’aborder la question du site web, plus facile comparativement aux deux autres titans : le produit et le client. Je dis bien “facile” en comparaison car rien n’est facile dans le commerce en ligne. J’ai commencé la semaine passée le travail de sélection d’une solution pour créer une boutique en ligne en faisant la différence entre les solutions B2B et B2C. L’option choisie pour la boutique en ligne est une solution B2C (Business to Consumer).

Quelle solution B2C pour ma boutique en ligne?

J’ai donc entrepris de faire un tour d’horizon des solutions qui peuvent me permettre de créer une boutique en ligne. La première idée qui me vient en tête est d’aller faire une recherche sur Google mais je me ravise. Faire une recherche à Google avec les résultats nombreux affichés me ferait perdre un temps fou pour le filtrage des solutions de création d’une boutique en ligne. J’opte donc pour une approche plus ciblée et je me tourne, expérience oblige, vers Product Hunt qu’on ne présente plus, la célèbre plateforme de curation et de partage de nouveaux produits. Et après une recherche, j’obtiens des résultats dont le classement est fait par vote…plus naturel que l’algorithme de classement de Google.

image

Résultats obtenus sur Product Hunt pour une recherche par le mot-clé “ecommerce

Je ne dis pas que ces résultats sont meilleurs que ceux des moteurs de recherche mais cela a le don de me faciliter la tâche et de me permettre d’aller droit au but. Qu’est ce que j’y trouve : des guides, des glossaires, des applications, des podcasts mais beaucoup plus important pour ce que je recherche des “stack”. Vous voyez bien sur la capture d’écran l’encadré de deux résultats dénommés “Ecommerce Stack”.

C’est quoi des “E-commerce Stack”? C’est tout simple un répertoire ou un annuaire de ressources collectées pour un domaine bien précis. Dans le cas précis des “E-commerce Stack”, ce sont des ressources collectées et organisées par catégorie pour le cas du commerce en ligne. C’est la raison pour laquelle si vous observez bien cette capture d’écran, vous verrez une première description non fortuite pour le premier résultat, le plus voté : “E-commerce tools used by the top 10 000 stores”. En clair, le promoteur de cet annuaire affirme que tout ce qu’il a collecté et organisé dans son annuaire est utilisé par le top 10 000 des boutiques en ligne. Exagéré? Peut-être un peu sur les bords, marketing oblige, mais pas loin de la réalité si on s’en tient aux votes et sur le constat que j’ai fait en visitant leur site. J’y reviendrais.

Toujours est-il que j’ai opéré une sélection de trois (03) E-commerce Stack :

image

image

image

Comme vous pouvez le voir, ces ressources sont organisées par catégorie : comptabilité, support client, plateformes d’e-commerce, statistiques/reporting, facturation, publicité, paiements, gestion de la relation client, prévention de la fraude, gestion des stocks, gestion des images et vidéos des produits, gestion des expéditions, tests et optimisation du site, réseaux sociaux, marketing, expérience sur mobile,…etc. Il y a énormément de ressources et cet ordre de grandeur illustre la complexité et la difficulté de gestion d’une boutique en ligne. C’est tout sauf facile.

De toutes ces ressources, une catégorie m’intéresse : les plateformes d’e-commerce. De ces trois “E-commerce Stack”, j’ai regroupé et éliminé tous les doublons pour ressortir une liste de plateformes sur lesquelles on peut effectivement s’appuyer pour créer une boutique en ligne.  De cette liste, j’obtiens 31 solutions ou applications pour créer une boutique en ligne :

  1. Shopify
  2. BigCommerce
  3. Big Cartel
  4. Squarespace
  5. Volusion
  6. Magento
  7. WooCommerce
  8. Gumroad
  9. Storenvy
  10. SendOwl
  11. Cratejoy
  12. Celery
  13. 3dcart
  14. PrestaShop
  15. Create
  16. OpenCart
  17. Easy Digital Downloads
  18. Shopp
  19. WP ECommerce
  20. Amazon Marketplace
  21. Etsy
  22. Ebay
  23. JigoShop
  24. Sellr
  25. ACTINIC
  26. WIX
  27. TRAEDE
  28. Shopware
  29. LemonStand
  30. IZBERG
  31. Commerce.Js

Pas possible de tester toutes ces plateformes. Il me faut séparer le bon grain de l’ivraie…Le test est encore intéressant sur 4 à 5 plateformes. Au delà, ça devient compliqué et chronophage. Je me fixe alors pour objectif de tailler cette liste pour être proche du nombre utile pour mon test.

Alors, comment tailler? Pour y arriver, il faut discriminer, savoir qui fait quoi et comment. Il faut aussi des critères, soit de regroupement, soit d’élimination. Continuer la lecture de Créer une boutique en ligne : Comment vendre? 

Créer une boutique en ligne : Où vendre?

 season-1985856_1280 Pixabay by rawpixel

Lors du précédent billet où je présentais cette série “Créer une boutique en ligne” (série qui documentera l’expérience que je suis en train de mener), j’ai relevé que pour qu’il y ai commerce, il fallait :

  • un lieu de rencontre,
  • un acheteur,
  • un vendeur,
  • un ou des produits,
  • et un prix, fixé ou négocié.

Et j’avais ajouté que dans le cadre du commerce en ligne, le lieu de rencontre est le plus souvent un site web, même comme la montée en puissance des réseaux sociaux fait naturellement de ceux-ci d’autres canaux de vente.

Seulement, lorsque vous êtes un peu curieux, vous constatez que tous les e-commerçants n’ont pas de boutique en ligne à travers un site web propre. En clair, tout ce que vous voyez sur Amazon ou eBay ne vient pas forcément d’eBay ou Amazon. Il y a des commerçants qui utilisent leurs plateformes pour vendre leurs produits.

Amazon ou eBay?

Cette situation m’a laissé perplexe et j’ai voulu en savoir plus. Et là, je me lance dans une recherche tous azimuts par Google. Et à la suite des résultats de recherche, je note un point très important : les plateformes qui drainent du trafic, qui attirent beaucoup de monde aiguisent l’appétit de tous ceux qui veulent vendre en ligne. Cela explique les chiffres astronomiques d’un Google ou d’un Facebook, qui profitent naturellement de leur position dominante pour les ventes aux enchères de publicités.

statistic_id266249_google_-ad-revenue-2001-2016Revenus publicitaires de Google en milliards de dollars. Plus 79 milliards US Dollars  de revenus publicitaires pour Google en 2016. Source : Statista.

Du côté du commerce en ligne, il y a les pendants de Facebook et Google, j’ai nommé Amazon et eBay. Ces deux sites drainent l’essentiel des internautes intéressés par l’acte d’achat. Chaque jour, des milliers d’internautes ressentant un besoin pour un produit ou un service font confiance à ces plateformes. Conséquemment, si vous voulez vendre un produit sur Amazon ou eBay, ils vous offrent un espace, contre espèces sonnantes et trébuchantes.

image La page d’accueil d’AmazonServices dédiée aux e-commerçants

Pour le cas d’Amazon, pour que vos produits soient listés, il vous faudra débourser 39 euros chaque mois hors TVA. Cela n’inclut pas ce qu’il nomme “frais de vente” débité pour chaque article vendu, de même que des “frais de gestion” qui s’appliquent pour le moment uniquement aux livres, musique, vidéo et DVD. Je vous soumets pour exemple une simulation faite par Amazon, pour le cas de la vente d’un livre à “23 € sur Amazon.fr à un client en France avec des frais de livraison 2,99 €. Vous possédez un numéro de TVA ou vous agissez en tant qu’entreprise”. Continuer la lecture de Créer une boutique en ligne : Où vendre? 

Créer une boutique en ligne : La Check-list

business-1869127_640par Pixabay

J’ai décidé de me soumettre à une expérience : lancer une boutique en ligne…ou en termes génériques, faire du commerce en ligne.

Dès que des personnes lisent “e-commerce” ou “commerce en ligne” dans les publications, elles laissent divaguer leur esprit et pensent que c’est au delà de leur compréhension. Ces personnes savent ce qu’est un commerce :

une pratique ou un lieu de rencontre entre un vendeur et un acheteur auquel interviennent un ou des produits donnés à des prix fixés ou négociés.

Cela, tout le monde en sait quelque chose. Dès qu’on place le terme “en ligne” devant “commerce”, peu de personnes ont la présence d’esprit de faire un rapprochement. “En ligne” est trop compliqué, technologique et dépasse leur entendement. Pourtant, rien n’est plus simple qu’un site de vente en ligne, au delà de l’aspect technique qui n’est pas accessible au commun des mortels.

De cette définition, on retient qu’il faut :

  • un lieu de rencontre,
  • un acheteur,
  • un vendeur,
  • un ou des produits,
  • et un prix, fixé ou négocié.

Dans le cadre du commerce en ligne, le lieu de rencontre est le plus souvent un site web, même comme la montée en puissance des réseaux sociaux fait naturellement de ces réseaux sociaux d’autres canaux de vente.

De la même manière que lorsque vous traversez les boutiques physiques où on rivalise d’imagination pour attirer votre regard avec des façades et un intérieur bien conçus, un plan de rangement et de circulation optimisé pour votre expérience d’achat, un confort à l’intérieur de la boutique et autres accessoires, il en est de même avec les boutiques en ligne qui ne doivent pas donner les raisons aux visiteurs de fermer leurs sites web une fois la page ouverte.

De la même manière que les boutiques physiques doivent passer par des annonces publicitaires, des affiches, des encarts dans les magazines spécialisés, les promotions ou soldes pour attirer de potentiels clients, les boutiques en ligne ont aussi les moyens pour attirer de potentiels clients vers leurs vitrines qui sont leurs sites web, comme l’achat de mots clés pour les moteurs de recherche, les bannières publicitaires sur les réseaux sociaux et sites partenaires, le sponsoring d’évènements en ligne, les promotions et soldes en ligne, les codes de réduction et autres.

La seule différence, que les boutiques en ligne ont appris à compenser par d’autres moyens, porte sur la présentation du produit. Pour une boutique physique, le client peut toucher le produit, le sentir, le tester, demander des explications, interagir avec le vendeur ou l’équipe de vente avant de prendre sa décision. Sur un site web, les choses sont plus compliquées. On ne voit pas le produit, on ne le sent pas, on ne le teste pas et difficile d’interagir en temps réel avec un vendeur. Mais avec le temps et nombre d’essais et erreurs, le commerce en ligne a appris à compenser cette interaction avec des moyens comme :

  • la présentation photo sous divers angles du produit, et parfois même une présentation vidéo,
  • une bonne description du produit, avec tous les détails et les caractéristiques techniques, les garanties,
  • la production de guides pour le choix ou l’utilisation d’un produit,
  • un service de chat en ligne, où on peut interagir avec une équipe de vente,
  • Les commentaires et notations de clients présents sur la page de chaque produit,
  • une transparence avec la présentation de la politique de retours, de garanties,…etc.

Continuer la lecture de Créer une boutique en ligne : La Check-list