Créer une boutique en ligne : Le test de Cratejoy

 imageCratejoy, tout comme Storenvy, est une marketplace où toute personne peut acheter des produits et des services. C’est à l’image de ceux qui ont réussi avec ce business model, Amazon et eBay qui, en plus d’offrir aux visiteurs de leur site un catalogue de produits et services, permettent à un commerçant de vendre ses produits moyennant un abonnement mensuel. Ce test de Cratejoy  fait suite aux tests de Shopify, BigCommerce, BigCartel, Volusion et Storenvy.

Cratejoy propose donc à toute personne de créer sa boutique sur la plateforme moyennant un abonnement mensuel de 39 US Dollars, auquel il faut ajouter des frais de transaction pour chaque vente de 1,25% + 0,10 US dollars. Il y aurait aussi des frais de traitement des paiements…sans compter des frais pour la marketplace à 10%!

image Tarification de CrateJoy

Cette tarification à la hauteur d’Amazon ou eBay me surprend énormément…même comme Cratejoy affirme sur sa page de tarification qu’elle met vos produits à la face de plus de 500 000 clients chaque mois. Pour recouper cela, je passe par Similarweb

image Le nombre de visites mensuelles de Cratejoy

A près de 1,7 millions de visites par mois et un taux d’abandon (bounce rate) de près de 50%, le chiffre avancé de 500 000 clients par Cratejoy me semble raisonnable.

Mais Cratejoy n’est pas Storenvy, ni Amazon, ni eBay. Amazon et eBay dominent largement le commerce en ligne. Et lorsqu’une nouvelle plateforme veut s’ancrer sur ce marché, il est impossible de s’attaquer à ces deux cadors. La seule stratégie optée pour les entrants est de passer par une niche, un couloir qui leur permettra de se différencier. La semaine passée, nous avons vu que Storenvy avait opté pour le commerce des marques indépendantes.  C’est son créneau. Si vous parcourez le web du commerce, vous verrez que chaque marketplace essaie de se différencier. Quelle est le créneau de Cratejoy?

Cratejoy a choisi de redéfinir le business model du commerce. Là ou on vend des “produits” et/ou des “services”, Cratejoy vend plutôt dessouscriptions”.

image Cratejoy ne permet pas de vendre des “produits” ou “services” au sens commun, mais des souscriptions

C’est quoi une souscription? Dans l’esprit, ce n’est pas différent d’un abonnement. En clair, une souscription est un engagement pris par un commerçant de livrer à une date convenue et selon une périodicité définie des produits et/ou des services à un client ou abonné contre versement régulier d’une somme. C’est le même principe d’abonnement aux journaux ou au bouquet de TV que Cratejoy a étendu aux produits…

image Quelques produits sur la page de Cratejoy. Observez bien le mode de tarification…

L’abonnement est un must pour tout entrepreneur. Cela se traduit par des revenus réguliers pour son affaire. Avec l’assurance de tels revenus réguliers, on peut être confiant pour le business. C’est une autre approche du commerce en ligne que Cratejoy propose, fort différent de tout ce qui se pratiquait jusque là. Non pas que cette approche n’existait pas avant. Comme toujours, ça existe mais il y a toujours un pionnier qui le révèle. La décision récente par Amazon de lancer “Subscribe with Amazon” témoigne que cette approche est prometteuse.

image La page d’accueil actuelle de Subscribe with Amazon

A la différence de toutes les solutions que nous avons testé jusqu’ici pour la création d’une boutique en ligne, si vous choisissez Cratejoy, c’est pour créer une boutique en ligne avec comme produit ou service à vendre des “souscriptions”.

Trêve de bavardages. Je me lance dans la création d’une boutique.

image

Me voilà donc sur la page de création de la boutique…

image

Plus haut, on observe les différentes étapes nécessaires pour disposer de sa boutique sur Cratejoy :

  • Basics” pour le nom de l’entreprise et le téléphone,
  • Add Products” pour ajouter les produits,
  • Create Your Listing”  sûrement pour le choix des catégories où le produit figurera ainsi que les prix,
  • Set Up Payments” pour intégrer les moyens de paiement,
  • Launch” pour lancer la boutique.

Je me lance donc à la première étape. A chaque fois que vous finissez une étape, elle est cochée pour marquer la validation.

image

Je vais un peu m’attarder sur le menu suivant, l’ajout de produits. Comme mentionné plus haut, le produit ici n’est pas un produit au sens commun du terme, c’est une souscription. Dans le menu “Add Products”, supposons que je veuille créer une tisane spéciale faite à base d’infusion de différentes herbes, appelée Revitalis+ parce que son objectif est de revitaliser tous les organes du corps. La prise de cette tisane est hebdomadaire, une fois par semaine. Abordons donc comment je vais ajouter une souscription à Cratejoy.

La première partie du menu comporte des cases à renseigner pour les informations basiques du produit : nom du produit, description, visibilité (dans la boutique).

image

A le suite, il faut définir un échéancier pour la facturation…

image

Ensuite, vient ce que Cratejoy appelle “Subscribe Flow”…

image

Dans ce “Subscribe Flow”, vous définissez les prix ainsi que les termes de paiement. J’ai par exemple établi à 10 USD le montant de la souscription mensuelle. Au cas où le client souhaite pré-payer 3 mois de souscription, cela lui revient à 24 USD au lieu de 30 USD. Tout dépend de vous. Les options par défaut sont les pré-paiements à 3, 6 et 12 mois. Libre à vous d’activer cela. Et même d’en ajouter si vous le voulez.

Et à ce titre, vous pouvez ajouter une variante pour la souscription, en cliquant juste sur “Add a New Step”. Pour mon test, j’ai ajouté une variante de ma souscription appelée Revitalis++.

image

En réalité, cette notion de variante vient du fait que Cratejoy vous permet d’offrir aux clients la possibilité de personnaliser votre offre de souscription. Votre souscription peut être constituée de 04 produits mais vous offrez une variation de 02 ou 03 produits.

Le dernier carré de ce menu “Add Products” porte sur les options d’expédition.

image

Vous pouvez ainsi offrir gratuitement l’expédition ou définir le tarif. Après validation, la souscription est créée et ce menu est validé.

image

A la suite, nous avons ce que Cratejoy appelle le listing. En clair, la présentation de votre produit sur la marketplace. A la vue de ce menu, j’ai eu l’impression que c’est juste une extension du menu d’ajout des produits. Dans ce menu, vous donnez les informations basiques du produit en détail, définissez une catégorie, la liste des caractéristiques du produits, une date d’expédition, des photos, du SEO et même intégration avec les différents réseaux sociaux. Vous avez aussi la possibilité d’offrir des coupons à vos potentiels souscripteurs pour les motiver à s’engager.

image

Comme vous pouvez le voir, tout cela est soumis pour validation aux administrateurs de Cratejoy. C’est clair que pour gérer la notoriété et surtout la confiance des clients, ils veulent bien s’assurer que des faussaires ne viennent pas s’amuser.

A la suite, il faut intégrer les moyens de paiement puisque Cratejoy n’a pas une fonctionnalité native pour gérer les paiements. En option, elle propose Stripe. Ce qui suppose que vous devez créer un compte à Stripe et lier les deux.

image

Vous n’avez pas besoin d’aller sur le site de Stripe pour cette opération. Vous pouvez créer le compte à partir d’une page dédiée.

image

Ce qui m’intéresse lorsque je vois ce type d’intégration, c’est avoir une idée sur les plumes financières que je vais laisser pour cette intégration. En jetant un coup d’œil sur la page tarifaire de Stripe, je note qu’à chaque paiement, il faudra y laisser près de 2,9% du montant…

image

C’est le tarif affiché par Stripe et même si on peut espérer mieux compte tenu du partenariat entre les deux plateformes, il faudra quand même débourser quelque chose.

Pour finir, la dernière étape porte sur le “Launch”, le lancement de la boutique. Et là, il faut régler…

image

Et là, le test prend fin.

Si vous avez bien suivi cette série de tests, le canevas défini pour le test est inopérant pour les marketplaces. Les limites portent à la fois sur le fond et la forme :

  • Pour le fond : vous n’avez pas la possibilité de définir les catégories de votre produit. Des catégories par défaut son présentes et vous faites un choix. La relation client est beaucoup plus difficile car la plateforme fait l’effort d’avoir la maîtrise sur ce portefeuille et si vous voulez en savoir plus, vous devez passer à la caisse. De même que les fonctionnalités d’animations commerciales qui sont payantes. L’intégration avec d’autres applications est bien limitée et quand bien même elle existe, ce sera un coût en plus.
  • Pour la forme : hors mis les images produit, il n’y a pas de personnalisation graphique et ergonomique. Vous êtes soumis à la maquette graphique de la plateforme.

C’est un problème d’arbitrage. Vous avez à votre disposition une plateforme qui a un nom, une notoriété, et pour résumer une marque. Des milliers de clients l’accordent une totale confiance chaque jour. Si vous voulez bénéficier de tout cela, il faudra vous faire charcuter.

Pour conclure ce billet,  à la différence de toutes les solutions que nous avons testé précédemment pour la création d’une boutique en ligne, si vous choisissez Cratejoy, c’est pour créer une boutique en ligne avec comme produit ou service à vendre des “souscriptions”. Conséquemment, il est difficile d’évaluer cette solution suivant le canevas utilisé jusqu’ici. C’est une niche qu’elle a choisi et toutes les fonctionnalités sont établies pour assurer sur cette niche. En clair, si vous avez un business basé sur les abonnements ou souscriptions, Cratejoy fera l’affaire en plus de vous exposer à des milliers de clients.

Nous allons aborder la semaine prochaine une autre solution, 3dcart, qui marque le retour à nos solutions classiques de création de boutique, loin des marketplaces abordées ces deux dernières semaines.

Il n’y a aucun commentaire.

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *