Créer une boutique en ligne : Le test de Shopify

image

Je suis toujours à fond sur cette expérience de création d’une boutique en ligne. Après avoir présenté la “Check-list” nécessaire pour créer une boutique en ligne, les différentes solutions pour créer une boutique en ligne, j’ai entrepris de passer par des tests pour le choix de la solution qui soutiendra cette expérience. Et à cet effet, j’ai établi un canevas de test pour chacune des dix (10) solutions sélectionnées.

Pour rappel, les billets publiés dans cette série “Créer Une Boutique” comportent :

Autre rappel, le canevas de test pour les différentes solutions de création d’une boutique en ligne porte à la fois sur le fond et la forme de ces solutions.

Pour le fond, on tiendra compte des fonctionnalités offertes, fonctionnalités au niveau du catalogue, du tunnel de vente, de la gestion opérationnelle et des interfaces externes.

Pour la forme, les thèmes graphiques seront balayées, notamment la page d’accueil et la page produit, ainsi que le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout).

Vous pouvez vous référer au précédent billet qui aborde ce canevas dans les détails avec exemples à l’appui.

Je dois ajouter avec insistance que ce canevas nous guide seulement dans les tests sans toutefois imposer un quelconque schéma ou déroulement du test. En clair, nous ne cherchons pas la correspondance exacte entre le canevas et la solution : nous ne prenons pas la carte pour le territoire.

Double rappel : nous avons sélectionné dix (10) plateformes pour les tests : Shopify, BigCommerce, Big Cartel, Volusion, Storenvy, Cratejoy, 3dcart, Etsy, Sellr, LemonStand. Si vous  voulez avoir une idée sur la procédure ayant menée à cette sélection, consultez le billet “Créer une boutique en ligne : Comment vendre?”. Le présent billet aborde le test de Shopify.

Autre insistance et non des moindres notée dans le précédent billet : Tester Shopify alors que le lecteur peut bien voir une bannière de Shopify qui flotte bien haut dans toutes les pages de ce blog peut paraître osée. Comme j’ai insisté la dernière fois, j’ai souscrit à Shopify Affiliates bien avant ce projet de création d’une boutique en ligne. Il fallait trouver des sources de revenus et la première estocade a été faite par la publication de livres, aussi bien sur ce blog que sur Amazon. Ensuite, j’ai abordé l’affiliation en commençant par mon hébergeur SiteGround qui m’offrait l’affiliation sur un plateau, pour terminer par Shopify qui était, suivant les statistiques d’usage, le plus populaire hors solutions open source. Ma validation à Shopify Affiliates intervient le 23 Janvier 2017 comme vous pouvez le constater sur le mail d’acceptation…

image

Pour les statistiques d’usage des solutions d’e-commerce, on a ceci :

image  Répartition de sites utilisant les plateformes de solutions e-commerce par BuildWith. Vous observez bien que les deux premières solutions, WooCommerce et Magento sont des solutions open source, qui n’offrent que le consulting comme voie de monétisation.

Ce “disclosure”, divulgation de possibles confits d’intérêts, est important. Passons maintenant au test proprement dit.

Un Résumé du test pour les plus pressés

Shopify est une solution B2C (Business To Consumer) qui vous permet de créer une boutique en ligne moyennant des frais de souscription. Ces frais se déclinent en trois (3) plans tarifaires mensuels fonction de fonctionnalités offertes : Basic Shopify (29USD), Shopify (79USD) et Advanced Shopify (299USD). Il existe aussi des plans personnalisés pour les très grandes entreprises.

Shopify satisfait à toutes les fonctionnalités de notre modèle de test. Vous aurez ainsi toutes les fonctionnalités pour établir le catalogue pour vos produits, gérer le tunnel de vente, le back-office ainsi que les interfaces externes. L’apparence de votre boutique aussi sera prise en compte, que ce soit au niveau de la page d’accueil, de la page produit, de la prise des commandes et enfin de la phase critique de paiement.

Seulement, il faut aussi tenir compte que vous allez recourir à la boutique bien fournie de plus de 1 500 applications de Shopify pour chercher une application qui va vous aider à gérer les ventes incitatives, les animations commerciales et les pop-ups, ces fameux box intrusifs qui s’affichent le plus souvent à la page d’accueil pour annoncer une promotion.

Comme plus, Shopify a un excellent système de notifications très utile dans la relation client. Un client est toujours rassuré lorsqu’il reçoit un mail de confirmation quand il place une commande, ou un mail de notification quand il effectue un paiement. Signalons aussi les modèles de documents que Shopify met à la disposition des primo-commerçants, très utiles au début : politique de retours, politique de confidentialité, conditions générales, factures, bons de commandes. Il y a aussi des outils de création de logos, de slogans, de cartes de visite.

Je ne saurais terminer ce résumé sans mentionner les coûts cachés, ces fameux coûts qui peuvent se présenter à vous une fois la souscription mensuelle versée à Shopify :

  • les thèmes graphiques gratuits sont austères. Conséquemment, pour un thème graphique professionnel, il va falloir débourser au moins 180 USD.
  • Si vous ne figurez pas dans les six pays suivants : Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Porto Rico, Irlande, Australie, vous ne pouvez pas bénéficier pour le moment de Shopify Payments, la solution de paiement intégrée à Shopify. Conséquemment, vous ferez appel à un prestataire externe, choix pour lequel Shopify retiendra 2% de chaque paiement d’un client dans votre boutique (pour le plan basique)… en plus des commissions retenues par le prestataire externe, à l’exemple d’un Paypal qui vous retiendra dans le meilleur des scénarios 2% par transaction…

image Commissions par Paypal

  • Il faut aussi noter que certaines fonctionnalités non disponibles à Shopify vous obligeront à recourir à leur boutique d’applications. Si vous avez la chance de trouver une application gratuite, le meilleur pour vous. Sinon, il va falloir mettre la main à la poche pour un plus. Pas d’estimations sur ce point car les plans tarifaires varient. Je ne peux que vous conseiller de faire jouer la concurrence… pas seulement sur le prix.

Voilà en résumé pour les plus et les moins de Shopify. Passons aux détails.

Souscrire à la période d’essai pour le test

Première étape du test : la souscription à la période d’essai gratuite.

image

Une fois l’adresse mail inscrite et validée, je me trouves devant le premier hic : le nom de la boutique.

image

 Bien sûr que ce n’est qu’un test mais je dois insister auprès des entrepreneurs qui à terme veulent franchir le pas et créer une boutique en ligne que le nom de la boutique est d’une grande importance. Cela encadre parfois le logo et même les actions commerciales. Pour ma part, j’ai vite fait le choix d’un nom qui me passe par la tête, KauriS, en référence au cauris, cette variété de coquillage qui a servi de monnaie autrefois en Afrique, et qui y sert encore aujourd’hui d’artefact dans certaines séances de divination.

Seulement, le choix est une chose, la validation en est une autre.

image

Apparemment, je ne suis pas le seul à avoir eu cette idée. Une personne m’a valablement précédé. Je me lève et je fais les 100 pas. Que choisir maintenant? C’est toujours compliqué quand le plan ne donne pas. Je pense aux variations que j’essaie aussitôt : “Kauri’S”, “Kauris”, “kauris”. Rien ne donne et pas question pour moi d’y ajouter un nombre genre “Kauris8”. Finalement, en modifiant “K” par “C” comme dans le terme original, le nom est valide…

image

Comme quoi en voulant jouer les créatifs au lieu de faire simple, ça peut nous faire perdre un temps fou. Je valide tranquillement et à la suite, il y a une page de collecte d’informations qu’opère Shopify, sûrement pour mieux me “ranger” pour de futures actions commerciales.

image

D’ailleurs, vous remarquerez la petite mention que j’ai encadré pour les agences de prestations de service qui ont un autre traitement commercial je penses.

A la suite, c’est une autre fenêtre de collecte d’informations personnelles :

image

Une fois validé, me voilà en plein dans le tableau de bord…

image

Il faut noter qu’avant la validation complète, un mail de bienvenue m’avait déjà été envoyé.

image

Cela est important, de telles notifications par mail. Pour votre boutique en ligne, un tel mécanisme de notifications doit être établi en définissant les actions qui déclenchent les notifications, par exemple la validation d’une commande ou le règlement, ou la livraison effective du colis à l’adresse de livraison indiquée.

Revenons à notre tableau de bord et laissons dans un premier temps le menu du tableau de bord.

Il y a un certain nombre d’actions qui sont proposées à la partie centrale du tableau de bord.

image

Ce qui me laisse supposer que si ces actions sont proposées, cela veut tout simplement dire que ce sont les actions de base pour lancer sa boutique en ligne. On a ainsi :

  • Ajout de produit : c’est effectivement la base de toute boutique en ligne. Sans produit, pas de vente, pas de client.
  • Personnalisation du thème : il faut naturellement choisir un thème graphique qui “parle”, comme les professionnels disent, bien que je n’ai pas encore trouvé une explication commune de ce qu’on entend par cette expression.
  • Ajout d’un nom de domaine : le nom de domaine par défaut cauris.myshopify.com et conséquemment, une boutique qui se nomme ainsi ne peut pas faire sérieux. Il faudra choisir un nom de domaine conventionnel  comme “cauris.fr” ou “cauris.com” si c’est disponible… Vous êtes sans oublier qu’un marché des noms de domaine existent. Si vous vous en doutez, visitez le site web de Sedo

image Ici, le site web de Sedo. Vous pouvez voir d’un côté les différents noms de domaines avec leurs prix et de ‘autre côté, les enchères avec les dates d’expiration….

  • Une proposition d’autres canaux de vente : bien évidemment, votre site web est le principal canal de vente mais il ne faut pas oublier que le client ne fera pas toujours l’effort pour arriver sur votre site web. Il faut aussi aller le chercher où il se trouve, par exemple sur les réseaux sociaux…

imageVous observez le listing de quelques canaux de vente : le POS (Point Of Sale) ou Point de Vente, Facebook, Un Site Web ou Messenger (iOS). Il y en d’autres comme Pinterest, Amazon, eBay,..etc.

A la suite, il y a des tutoriels vidéos pour vous accompagner liées notamment au trafic, car après tout, une fois la boutique installée, il faudra bien attirer du public et enregistrer les premières commandes.

Toutes ces actions de base sont contenues dans le menu, qui regroupe l’ensemble des fonctionnalités de Shopify.

image

Vous avez ainsi pour le Menu :

  • Home” qui vous ramène à la page d’accueil du tableau de bord quelque soit l’endroit où vous vous trouvez.,
  • Orders” qui regroupe les fonctionnalités pour gérer les commandes,
  • Products” pour gérer vos produits,
  • Customers” pour les clients,
  • Reports” pour les statistiques,
  • Discounts” sûrement pour gérer les promotions et les actions commerciales.
  • Sales Channels” pour ajouter d’autres canaux de vente,
  • Apps” pour intégrer les applications externes,
  • Settings” pour tout ce qui concerne les configurations.

Voilà en bref tout ce qui concerne le menu. Nous allons aller en détail et relever les fonctionnalités couvertes. Seulement, nous allons mettre cela en parallèle avec notre canevas de test.

Nous avions dit que ce canevas de test portait sur le fond et la forme.  Pour le fond, fonctionnalités au niveau du catalogue, du tunnel de vente, de la gestion opérationnelle et des interfaces externes. Pour la forme, les thèmes graphiques, notamment la page d’accueil et la page produit, ainsi que le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout).

En balayant ce menu suivant le canevas, ça me donne ceci :

image

Il ne me reste plus qu’à forer chaque menu…

Les fonctionnalités liées au Catalogue

Le modèle de base du canevas de test, pour le catalogue donne ceci :

image

Les fonctionnalités listées dans ce modèle sont regroupées dans le menu “Products” qui se présente ainsi à l’ouverture :

image

En balayant la plateforme et en me lançant dans un essai avec un produit fictif dans la boutique (un iPhone SE), j’ai vite fait de constater qu’il est difficile de tester pareille plateforme sans un produit réel. La plateforme est tellement modulable dans la mesure où le choix d’une option fait apparaitre d’autres menus qui n’étaient pas visibles au départ. Par exemple, lorsque vous définissez une variante pour un produit, toutes fonctionnalités du menu principal sont transférées à la variante…

image

Je suis quelque peu bluffé. Et c’est à ce moment que je commence à saisir les limites des tests. Seule une utilisation constante permet d’apprécier une plateforme. C’est un peu comme si vous tombiez par hasard sur un restaurant et vous appréciez le repas du jour et vous avez vite fait de qualifier ce restaurant comme un “cinq étoiles”. Votre régularité à ce restaurant peut conforter vos premières impressions ou faire naitre vos premières désillusions. Néanmoins, je continue mon survol et à l’issue du parcours des fonctionnalités, j’obtiens le tableau suivant :

 image Les fonctionnalités liées au Catalogue à Shopify

Une bonne part de fonctionnalités contenues dans le canevas y figure : personnalisation graphique, catégorisation, type de produits, règles de pricing, SEO.

Seulement, vous serrez un peu coincé si vous voulez faire des ventes incitatives (cross-selling ou up-selling)… Heureusement que la boutique d’applications de Shopify est bien fournie et vous pouvez trouver une application qui vous dépannera.

image Quelques applications pour les ventes incitatives. Vous observez  que la plupart sont payantes.

Et si vous voulez avoir un site multilingue, des applications sont aussi disponibles pour ajouter cette fonctionnalité :

image

Vous remarquerez aussi que ces applications sont pour la plupart payantes. En règle générale, lorsqu’une fonctionnalité ne figure pas sur une solution d’e-commerce, vous allez forcément trouver une application qui va couvrir ce manque mais a un prix. C’est pourquoi il est important de ne pas seulement se limiter à la souscription mensuelle requise par ces solutions d’e-commerce mais d’envisager aussi les “coûts cachés”. La plupart du temps, c’est le temps qui finit par révéler ces “coûts cachés” et si on n’est pas suffisamment tenace, il est difficile de sortir de cet engrenage. Néanmoins, si vous lancez votre boutique en ligne avec un ou deux produits, pas besoin d’un site multilingue ou de cross-selling ou up-selling…Même Amazon a débuté sa saga avec un seul produit : les livres…une variante de librairie en ligne. L’absence de ces fonctionnalités ne pose pas de problème au lancement de la boutique.

Les fonctionnalités liées au Tunnel de vente

Le modèle de base du canevas de test  pour le tunnel de vente donne ceci :

image

Après survol des fonctionnalités à Shopify, je me retrouve avec ceci :

image Les fonctionnalités liées au Tunnel de vente à Shopify

Shopify offre les fonctionnalités de notre modèle : panier, expéditions, taxes et modes de paiement. De plus, dans les modes de paiement par exemple; il y a acceptation de paiements alternatifs comme le Bitcoin ou encore des paiements “manuels” comme l’ordre de virement. Il est aussi une chose très importante : la possibilité de notification par mail, que ce soit lors de la création de compte client, de commande, d’expédition ou de livraison. L’aspect juridique n’a pas été oublié avec des modèles pour la politique de remboursement, politique de confidentialité et conditions d’utilisation…Tous les sites sérieux de commerce en ligne ont défini ces politiques.

image Aspects juridiques indiqués sur Amazon

Les fonctionnalités liées à la Gestion opérationnelle

La gestion opérationnelle porte sur les fonctionnalités liées au “back-office”, l’arrière-plan de la boutique, par opposition au “front-office”, l’interface directe avec le client. Dans un restaurant, le “front-office” correspond à tout l’espace où vous dégustez de succulents mets, tandis que l’arrière-plan est la cuisine où il y a des cuisiniers s’affairant tout transpirant pour épurer la longue liste des commandes qui tombent sans discontinuer.

Pour rappel, le modèle de base pour la gestion opérationnelle nous donne ceci :

image

Shopify nous offre ceci :

image  Les fonctionnalités liées à la gestion opérationnelle à Shopify

Encore une fois, Shopify offre les fonctionnalités de notre modèle : ergonomie, commandes, relations clients, animations commerciales et statistiques. Un seul hic : la réduction est la seule option proposée pour l”animation commerciale…Il est vrai qu’il y a une option pour les cartes cadeaux mais elle n’est disponible que pour le plan tarifaire supérieur. Néanmoins, si vous comptez utiliser les “landing pages”, il faudra passer par les applications contre espèces sonnantes et trébuchantes…

image Quelques apps pour créer des “landing pages” idéales pour les promotions spéciales comme Noël, Pâques, Saint-Valentin ou autres…Ou encore l’annonce d’un nouveau produit.

Passons maintenant aux fonctionnalités liées aux interfaces.

Les fonctionnalités liées aux interfaces externes

Comme nous l’avons abordé plus haut sans être explicite, aucune solution d’e-commerce ne renferme toutes les fonctionnalités de gestion d’une boutique en ligne bien complexe au fur à mesure que la boutique évolue. En dehors des ventes, de l’activité commerciale, des commandes ou facturation, il faut gérer les expéditions, les stocks, la comptabilité, la fiscalité, l’administration et les ressources humaines quand le personnel s’ajoute. Plus le temps passe et si la boutique est en croissance, ces différentes tâches se complexifient et il est impossible à une solution d’e-commerce de couvrir convenablement ces tâches. C’est la raison première pour une solution e-commerce d’ouvrir son système pour permettre à d’autres applications ou systèmes d’interagir avec elle. Ce qui permet de palier ce manque de fonctionnalités qui peut apparaitre à un moment donné. C’est cet aspect qui est regroupé sous le vocable “interfaces externes”.

Le modèle de base se présente ainsi :

image

Shopify nous offre ceci :

 image Les fonctionnalités liées aux interfaces externes à Shopify

Shopify propose l’ajout d’autres canaux de vente et le reste est géré par les applications. Il y en a plus de 1500 qui couvrent  plusieurs domaines : support client, comptabilité, reporting, réseaux sociaux, gestion de stocks,..etc.

Les fonctionnalités liées à la forme : page d’accueil & page produit

J’ai regroupé toutes les fonctionnalités liées à la forme dans la mesure où tout cela est géré par Shopify en choisissant le thème graphique de sa boutique. Une fois choisi, vous pouvez faire des modifications au niveau des pages et de la navigation, voire y ajouter même une partie blog.

image Le menu pour gérer toute la partie graphique, la forme, à Shopify

Vous pouvez importer un thème au format ZIP, ou encore passer par la boutique des “thèmes” de Shopify qui contient à la fois des thèmes graphiques gratuits et payants. Pour les payants, j’observe que les prix des meilleurs tournent autour de 160 US dollars. Autant vous dire que l’éventail est réduit pour le choix des thèmes gratuits : il n y en qu’une dizaine, dix (10) plus exactement au moment où j’écris cet article. Et la majeure partie de ces thèmes gratuits portent sur des boutiques mono-produit. Pour un début, cela peut être utile mais après…

Shopify se rattrape avec un excellent outil pour “customiser” ou personnaliser sa boutique. Donc vous pouvez choisir un thème gratuit et vous essayer à des modifications.

image Page de personnalisation du thème graphique choisi

Pour rappel, la page d’accueil “modèle” se présente ainsi :

image

On peut bien à Shopify faire des personnalisations au niveau de l’en-tête pour retrouver tout ce qui est listé dans le tableau précédent. Mais pour les pop-ups, vous allez devoir passer par les applications…

image Quelques applications liées aux pop-ups dans l’App Store de Shopify

Autre rappel, pour la page produit “modèle”, on a ceci :

image

Il n y a aucun problème à ce niveau. Pour le déroulement de la phase de prise des commandes (panier) et la phase de règlement (checkout), aucun problème aussi. D’ailleurs, il y a possibilité de personnalisation de la phase de règlement.

image

Cela vous permet de revoir l’ergonomie au cas où vous observerez un taux élevé d’abandon des cartes.

Le commerce en ligne est un labyrinthe où il est facile d’entrer mais une fois à l’intérieur, vous serez surpris à chaque pas. Mieux vaut avoir le “mindset”, l’état d’esprit de tout entrepreneur capable d’avaler les couleuvres sans broncher. Tenez par exemple, lorsque vous parcourez le site de Shopify au niveau des fonctionnalités, vous observez bien que “Shopify Payments” est proposé pour gérer les paiements, ce qui vous rassure compte tenu des commissions élevées de Paypal.

image  A la vue de ces plans tarifaires, vous êtes rassuré que vous n’allez payer aucun frais de transaction en passant par Shopify Payments

Une fois dans la plateforme et lors de la période d’essai, je parcoure la documentation et je tombe sur ceci :

imageOn voit bien que Shopify  Payments  n’est disponible que 6 pays….

Conséquemment, vous allez passer par un tiers pour les paiements, ce qui poussera Shopify à vous tailler des frais de transaction, sans oublier que ce tiers à l’exemple de Paypal vous taillera aussi des commissions. Vous allez au moins laisser 6% de votre prix de vente par marchandise uniquement pour la gestion des paiements. Ce sont des détails qui, une fois à l’intérieur du business, vous handicapent et si vous n’avez pas l’intelligence pour vous adapter, vous n’allez pas tenir longtemps.

Un autre point très important concerne la fraude, du moins la prévention de la fraude, véritable casse-tête pour les e-commerçants. La fraude dans le e-commerce se passe ainsi :

  • Le fraudeur (ou criminel) acquiert les informations de la carte bancaire d’une personne, par exemple par vol de données, clonage de la carte, ou autres.
  • Ensuite, ce criminel utilise la carte pour effectuer les achats en ligne, en usurpant l’identité du détenteur de la carte,
  • Le e-commerçant, croyant que la transaction est légitime, accepte l”achat et engage le prélèvement sur la carte.
  • Enfin, lorsque la fraude est découverte, le e-commerçant subit un débit compensatoire en plus de perdre la marchandise livrée.

Toutes les solutions d’e-commerce, à l’instar de Shopify, offrent des outils de prévention de la fraude, non sans recommander un certain nombre d’actions à exécuter comme la vérification d’adresse IP, l’appel du numéro de téléphone figurant sur la commande, la vérification de la concordance entre l’adresse de facturation et l’adresse de livraison, une recherche sur un moteur de recherche avec comme mot clé l’adresse mail donné, une alerte sur les commandes à valeur élevée…etc.  Shopify a même développé un filtre à cet effet, Shopify Fraud Filter, bien que diversement apprécié. Sa boutique d’applications dispose aussi de pléthore d’applications pour la prévention de la fraude.

Je ne ferais pas honneur à Shopify si je ne citais pas les différents outils qu’ils mettent à la disposition des primo-commerçants pour leur permettre de se lancer : outils de création de logos, de slogans, de cartes de visite, générateurs de nom pour la boutique, de conditions générales, de factures, de politique de confidentialité, de codes QR, de politique de retours, de code-barres,  de modèles que vous pouvez adapter pour des bons de commandes, des étiquettes d’expédition, de connaissements, ainsi des calculateurs (prêts, marges, commissions prélevées par Paypal,..etc).  Tous ces outils facilitent la vie de tout e-commerçant, quand on sait que ce n’est pas facile de concevoir tous ces documents administratifs. Une grande enseigne peut se permettre un grand cabinet d’avocats pour concevoir sa politique de confidentialité mais un e-commerçant qui débute est plus soucieux des premières commandes…

Pour conclure…

Voilà pour le test de Shopify. Les fonctionnalités sont satisfaisantes pour créer une boutique en ligne, que ce soit au niveau du catalogue, du tunnel de vente, de la gestion opérationnelle et des interfaces externes. Pléthore d’applications sont disponibles pour des ajouts de fonctionnalités. J’ai quand même grincé un peu les dents au niveau de la page de configuration du thème graphique qui me semble être une affaire de pro…Le choix est bien réduit au niveau des thèmes graphiques gratuits assez classiques. Ce qui peut vous pousser, par souci d’originalité, à opter pour des thèmes graphiques payants.

Shopify, de mon point de vue, cible les primo-commerçants qui ont besoin d’un outil simple et intuitif pour se lancer dans le commerce en ligne. Sa simplicité n’élude pas sa puissance et sa forte modularité. De plus, sa boutique d’application est assez fournie pour l’ajout de fonctionnalités au cas où la croissance de votre boutique demanderait plus. Le seul hic de tout ce beau tableau concerne la gestion des paiements, du moins les frais de transaction liés aux paiements. Il n’est pas juste de limiter l’exemption de ces frais à uniquement six (6) pays. Gageons qu’à l’avenir, la liste sera élargie.

Abordons une autre solution de création de boutique en ligne : BigCommerce. Ce sera l’objet du prochain billet.

Il y a 7 commentaires Rejoignez la discussion

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *