Créer une boutique en ligne : Comment vendre?

vintage-2168174_1280  Pixabay by AnnieSpratt

Le mois passée, à l’occasion de la présentation de mon projet de création d’une boutique en ligne,  j’avais abusivement réduit l’équation de la boutique en ligne en trois (3) paramètres :

  • le produit,
  • le site web,
  • et le client.

Ainsi, pour la première marche, j’ai choisi d’aborder la question du site web, plus facile comparativement aux deux autres titans : le produit et le client. Je dis bien “facile” en comparaison car rien n’est facile dans le commerce en ligne. J’ai commencé la semaine passée le travail de sélection d’une solution pour créer une boutique en ligne en faisant la différence entre les solutions B2B et B2C. L’option choisie pour la boutique en ligne est une solution B2C (Business to Consumer).

Quelle solution B2C pour ma boutique en ligne?

J’ai donc entrepris de faire un tour d’horizon des solutions qui peuvent me permettre de créer une boutique en ligne. La première idée qui me vient en tête est d’aller faire une recherche sur Google mais je me ravise. Faire une recherche à Google avec les résultats nombreux affichés me ferait perdre un temps fou pour le filtrage des solutions de création d’une boutique en ligne. J’opte donc pour une approche plus ciblée et je me tourne, expérience oblige, vers Product Hunt qu’on ne présente plus, la célèbre plateforme de curation et de partage de nouveaux produits. Et après une recherche, j’obtiens des résultats dont le classement est fait par vote…plus naturel que l’algorithme de classement de Google.

image

Résultats obtenus sur Product Hunt pour une recherche par le mot-clé “ecommerce

Je ne dis pas que ces résultats sont meilleurs que ceux des moteurs de recherche mais cela a le don de me faciliter la tâche et de me permettre d’aller droit au but. Qu’est ce que j’y trouve : des guides, des glossaires, des applications, des podcasts mais beaucoup plus important pour ce que je recherche des “stack”. Vous voyez bien sur la capture d’écran l’encadré de deux résultats dénommés “Ecommerce Stack”.

C’est quoi des “E-commerce Stack”? C’est tout simple un répertoire ou un annuaire de ressources collectées pour un domaine bien précis. Dans le cas précis des “E-commerce Stack”, ce sont des ressources collectées et organisées par catégorie pour le cas du commerce en ligne. C’est la raison pour laquelle si vous observez bien cette capture d’écran, vous verrez une première description non fortuite pour le premier résultat, le plus voté : “E-commerce tools used by the top 10 000 stores”. En clair, le promoteur de cet annuaire affirme que tout ce qu’il a collecté et organisé dans son annuaire est utilisé par le top 10 000 des boutiques en ligne. Exagéré? Peut-être un peu sur les bords, marketing oblige, mais pas loin de la réalité si on s’en tient aux votes et sur le constat que j’ai fait en visitant leur site. J’y reviendrais.

Toujours est-il que j’ai opéré une sélection de trois (03) E-commerce Stack :

image

image

image

Comme vous pouvez le voir, ces ressources sont organisées par catégorie : comptabilité, support client, plateformes d’e-commerce, statistiques/reporting, facturation, publicité, paiements, gestion de la relation client, prévention de la fraude, gestion des stocks, gestion des images et vidéos des produits, gestion des expéditions, tests et optimisation du site, réseaux sociaux, marketing, expérience sur mobile,…etc. Il y a énormément de ressources et cet ordre de grandeur illustre la complexité et la difficulté de gestion d’une boutique en ligne. C’est tout sauf facile.

De toutes ces ressources, une catégorie m’intéresse : les plateformes d’e-commerce. De ces trois “E-commerce Stack”, j’ai regroupé et éliminé tous les doublons pour ressortir une liste de plateformes sur lesquelles on peut effectivement s’appuyer pour créer une boutique en ligne.  De cette liste, j’obtiens 31 solutions ou applications pour créer une boutique en ligne :

  1. Shopify
  2. BigCommerce
  3. Big Cartel
  4. Squarespace
  5. Volusion
  6. Magento
  7. WooCommerce
  8. Gumroad
  9. Storenvy
  10. SendOwl
  11. Cratejoy
  12. Celery
  13. 3dcart
  14. PrestaShop
  15. Create
  16. OpenCart
  17. Easy Digital Downloads
  18. Shopp
  19. WP ECommerce
  20. Amazon Marketplace
  21. Etsy
  22. Ebay
  23. JigoShop
  24. Sellr
  25. ACTINIC
  26. WIX
  27. TRAEDE
  28. Shopware
  29. LemonStand
  30. IZBERG
  31. Commerce.Js

Pas possible de tester toutes ces plateformes. Il me faut séparer le bon grain de l’ivraie…Le test est encore intéressant sur 4 à 5 plateformes. Au delà, ça devient compliqué et chronophage. Je me fixe alors pour objectif de tailler cette liste pour être proche du nombre utile pour mon test.

Alors, comment tailler? Pour y arriver, il faut discriminer, savoir qui fait quoi et comment. Il faut aussi des critères, soit de regroupement, soit d’élimination.

Pour un simple employé qui considère la création d’une boutique en ligne comme une expérimentation, ou ce que les blogueurs américains appellent “side projects”,  projets parallèles, le premier critère porte sur le prix. Vous souhaitez  tirer de gros avantages au cas où l’expérimentation réussie mais limiter vos pertes en cas d’échec. Seulement, pour une meilleure expérimentation avec toutes les chances de mon côté, j’ai besoin aussi d’une bonne plateforme côté technique, pas de la pacotille au rabais. Donc je suis bien obligé de considérer en plus du prix d’autres critères comme les fonctionnalités et options de la plateforme, sa facilité d’utilisation et la qualité du service client. Cela fait quatre (04) critères de base.

Le premier critère, le prix, se révèle facilement dans la mesure où c’est visible sur la page des offres des éditeurs. Seulement, il y a souvent des coûts cachés que l’on ne perçoit qu’au moment de souscrire ou lorsqu’on a déjà souscrit. Par exemple, vous pouvez payer bien la redevance mensuelle demandée par un éditeur et constater après que le nom de domaine est vendu séparément, que sur chaque paiement d’un client est retenu 3%…C’est important de noter tout car cela peut jouer sur vos marges.

image Illustration des coûts cachés après la souscription ici avec Shopify. Il ne faut pas entendre “cachés” au sens propre. C’est bien visible mais la plupart de personnes y prêtent moins attention, jusqu’au moment où cela est appliqué et à ce moment là, on voit pondre des revues négatives sur les blogs, forums et réseaux sociaux hurlant au vol…

Les 2ème et 3ème critères, fonctionnalités et facilité d’utilisation, se testent aussi facilement dans la mesure où la majeure partie des plateformes de commerce en ligne proposent des offres d’essai gratuites pendant une période bien déterminée. Durant ce temps, vous pouvez tester la plateforme gratuitement et évaluer ainsi si les fonctionnalités de l’application couvrent vos besoins et si l’utilisation vous semble intuitive. Si cela ne vous convient pas, vous passez à autre chose. Le dilemme principal qui se pose est tout simplement de savoir si on peut se permettre de tester une trentaine de plateformes.  Une grosse boite oui, mais une seule personne ou une autre toute petite entreprise avec une équipe réduite, cela est difficile. C’est la raison principale qui pousse plusieurs soit à se fier aux moteurs de recherche, soit aux recommandations “d’experts”, soit au nombre d’années d’existence sur le marché de la plateforme, soit au prix, design, ou autres critères tout simples.

image Volusion, comme toutes les autres plateformes, offre une période d’essai gratuite.

Je fais attention aux comparaisons que renvoient les moteurs de recherche ou aux recommandations de soi-disant  experts. Pour la plupart, ce sont des comparaisons “guidées”. On vous pousse vers une solution affiliée. Je m’explique.

Si vous organisez un concours pour choisir le plus grand de taille et vous avez un ami qui a 1.87m, arrangez vous pour ne trouver que des compétiteurs ayant moins de 1.87m…Juste un exemple tiré par les cheveux pour vous montrer la recette. Même lorsque ces “testeurs” font une sélection de plusieurs plateformes, on peut toujours ajouter un critère qui défavorise une plateforme, ou définir des notes composées de plusieurs paramètres dont personne ne connait la cuisine interne. Je ne dis pas qu’il n y a pas de comparaisons non intéressées mais l’expérience du web m’a appris à être extrêmement vigilant. Paresse ou facilité, cela nous guide toujours vers des solutions voulues par les autres pour qu’on se retrouve à gambader de solution en solution. Il ne faut pas oublier que ces comparaisons sont souvent datées, donc ce qui a été meilleur hier ne l’est pas aujourd’hui, de même que vous n’avez aucune garantie que ce qui est plébiscité aujourd’hui ne sera pas atteint de peste plus tard.

image Ici, une comparaison par Selfstartr. Cela illustre les limites de cet exercice : ces critères peuvent ne pas correspondre aux vôtres de même que vous ne savez pas la méthodologie d’attribution des notes. Il est bien naïf de se relier à la notoriété ou l’expertise  de Selfstartr pour accoler du sérieux à la comparaison. Cela correspond le plus souvent mais pas toujours.

En outre, il faut savoir que la migration, le passage d’une plateforme à l’autre, est tellement complexe et coûteuse que plusieurs commerçants préfèrent recourir aux sous-traitants qui vous dépècent financièrement en recollant les morceaux de l’application native (choisie en premier) ou en plâtrant de gauche à droite.

Le quatre critère, le support client, se teste difficilement. Il faut une relation longue et plusieurs échanges pour arriver à vous en faire une idée. Pour un avant-goût, vous pouvez toujours aller jeter un coup d’œil à la documentation produit sur le site web de l’éditeur ou aux différents canaux de contact que propose l’entreprise, ceci afin d’évaluer sommairement le niveau de sérieux dans la considération du client.

image Ici,  Vous pouvez constater avec Volusion qu’un contact téléphonique permanent est présent à l’en-tête du site, un support pour la documentation, une adresse mail et un Live Chat! Pour employer le langage des mathématiciens, bien que cela ne soit pas suffisant, Volusion remplit les conditions nécessaires pour un bon service client.

Vous pouvez toujours parcourir les avis et commentaires de clients sur le web et dans les forums pour vous faire une idée. C’est une approche qui est aussi utilisée, avec toutes ses tares.

Pour revenir à notre sujet, je suis toujours à la case départ, avec mes 31 applications que je dois filtrer pour me retrouver à environ 5. Les quatre (04) critères listées plus haut ont leur place. Seulement, j’ai défini le prix comme étant mon critère principal. Avec le prix, on discrimine et élimine facilement. Sauf qu’à ce critère principal, les trois autres critères secondaires (fonctionnalités, facilité d’utilisation et qualité service client) demandent des tests, de l’utilisation et je ne peux le faire pour les 31 applications. De façon simple, mon objectif est de choisir le meilleur sur les 3 critères secondaires à prix égal.

Heureusement pour moi, en faisant quelques recherches sur Google, je tombe sur un article de ZAPIER, “The 20 Best eCommerce Platforms to Start an Online Store” et leur classification des plateformes d’e-commerce m’a séduite. Pourquoi?

Vous pouvez ouvrir une boutique pour vendre un seul produit, ou deux produits…Il y a des plateformes destinées à de petits commerces, comme il y en a qui peuvent soutenir un volumineux catalogue. Vous n’allez pas prendre un marteau pour fixer une punaise… surtout qu’il y a une affaire de prix qui se joue. L’application qui gère un catalogue réduit est infiniment plus avantageux côté prix que l’application qui permet de gérer une centaine de produits.

Il y a une autre possibilité : détenteur d’un blog sous WordPress par exemple, votre besoin peut porter sur la création d’une page de vente pour votre blog, en clair intégrer un boutique sur un site déjà existant.

Pour revenir à l’article de ZAPIER, “The 20 Best eCommerce Platforms to Start an Online Store”, on a ainsi cinq (05) clés de répartition en fonction de vos besoins :

  1. Lancer une simple boutique en ligne, hébergement inclus : les plateformes ici vous permettent de créer des listes de produit et à partir de là, créer une boutique en ligne en quelques minutes. Idéal pour les blogueurs, les artistes, les créateurs, les petits commerçants.
  2. Créer un site web avec boutique intégrée : cette catégorie d’applications vous permet, en plus d’une boutique, d’avoir plus d’espaces pour décrire votre marque, créer un blog pour partager vos idées. Tout cela accompagné de plus d’options pour la personnalisation du site. Idéal pour les entreprises ayant des marques connues, ou pour les commerces souhaitant disposer d’un site web propre.
  3. Créer une boutique complète, hébergement inclus : ici, ce sont des applications intégrées qui vous permettent de créer une boutique en ligne de dizaines, voire de centaine de produits. Tout est géré, après configuration, par la plateforme : le serveur, la sécurité, les cartes de paiement, les thèmes graphiques,…etc. Idéal aussi pour les petits commerçants comme les grands (leurs plans tarifaires couvrent tout le spectre).
  4. Ajouter une boutique à un site existant :  vous avez déjà un site web ou un blog, et vous souhaitez y ajouter une boutique? Ces applications vous permettent d’ajouter des boutons et extensions sur n’importe quelle page existante de votre site ou blog. Idéal pour les blogueurs, les artistes, les créateurs, les petits commerçants. Il faut noter que cette catégorie s’efface peu à peu car la majorité des plateformes actuelles couvre déjà ce besoin.
  5. Lancer une boutique en ligne, auto-hébergée : ces plateformes sont semblables à celles du 3ème point “créer une boutique complète”, à la seule différence que vous hébergez la plateforme sur votre serveur. En règle générale, les plateformes de cette catégorie sont gratuites et offrent plus de flexibilité au niveau de la configuration. Le seul bémol porte  le plus souvent sur la connaissance technique utile pour s’y aventurer. Quelque soit les sirènes qui vous attireront vers ses plateformes (notamment la gratuité), il ne faut pas oublier que leur configuration est tout sauf facile. La seule consolation porte sur le fait qu’une fois configuré et la boutique en ligne, vous pouvez être soulagé des frais d’abonnement mensuel que les autres plateformes s’abreuvent.

Muni de ces 5 clés à savoir (simple boutique hébergé, site web avec boutique, boutique complète hébergée, ajout de boutique à un site existant, boutique complète auto-hébergée), j’ai décidé de répartir les 31 plateformes pré-sélectionnées.

Il faut noter que cette répartition n’a pas été facile dans la mesure où on peut retrouver plusieurs plateformes qui couvrent 2 clés de répartition, comme celles qui vous permettent de créer une simple boutique. Certaines, en plus de cela, vous offrent en option la possibilité de s’intégrer à un site déjà existant. Néanmoins, nous avons retenu la fonctionnalité principale de la plateforme. Je dois ajouter ajouter que j’ai utilisé qu’une seule méthodologie faute de pouvoir tester toutes les 31 plateformes : la visite des sites web des différents éditeurs. Libre à vous d’avoir une opinion contraire sur un choix de ce billet. Pour ma part, j’ai résumé les résultats de la consultation des différentes plateformes d’e-commerce :

ecommerce

Répartition des 31 plateformes d’e-commerce présélectionnées

Cette classification me permet maintenant d’exclure tranquillement les plateformes qui ne correspondent pas à mon besoin. Mais avant, je dois préciser mon besoin.

En réalité, c’est le besoin qui détermine le choix pour une plateforme. Si vous voulez juste un espace marchant pour votre blog personnel, pas besoin de disposer de Magento ou Volusion. Ou encore de chercher un espace marchant à Ebay ou Amazon.

Pour ma part, je souhaite tout simplement engager une expérience sur la création d’une boutique en ligne. Pour y arriver, simplicité et facilité d’utilisation doivent caractériser la plateforme. Ce n’est pas un site web que je souhaite créer, ni intégrer une boutique dans un site web existant, encore moins héberger moi même une plateforme qui demande beaucoup de technicité. Il est vrai que la majorité des solutions auto-hébergées comme OpenCart, Magento, PrestaShop ou Shopware sont gratuites. Et qu’avec ces solutions, vous n’aurez pas à verser chaque mois des sommes pour l’utilisation… Sauf si vous disposer d’un PC, Mac ou d’un environnement Linux pour héberger la solution, qui devra être disponible 24/24h et 7/7j. Si vous n’avez pas une machine pour faire l’affaire, vous devez passer par un hébergeur partenaire qui forcément vous appliquera un forfait mensuel. Il vous faudra aussi un partenaire pour le paiement qui appliquera aussi ses frais, ainsi qu’un partenaire technique pour la configuration de la plateforme, sans compter certaines extensions qu’il faudra ajouter qui parfois sont payantes…C’est une aventure où vous ne maitrisez pas les coûts, à l’opposé de la maîtrise stricte des coûts que je souhaite pour cette expérience. on a ainsi la situation suivante :

  1. Lancer une simple boutique en ligne, hébergement inclus
  2. Créer un site web avec boutique intégrée
  3. Créer une boutique complète, hébergement inclus
  4. Ajouter une boutique à un site existant
  5. Lancer une boutique en ligne, auto-hébergée

Il ne me reste que deux options. Soit lancer une simple boutique en ligne, soit créer une boutique complète, hébergement inclus. On se retrouve ainsi avec 16 plateformes. Il ne faut pas oublier qu’au départ, on avait 31 plateformes et dans l’impossibilité de tester toutes ces 31 solutions, nous avons opté pour une procédure d’élimination qui nous a déjà amené à 16 solutions. Néanmoins, ce chiffre est encore élevé car nous visons au plus 5 solutions pour un test complet.

Aussi, nous entrons dans une autre phase de la procédure d’élimination pour viser notre cible de 5.

Prenons la première option : créer une simple boutique en ligne.

image

Suivant le précédent schéma lié à la répartition des différentes plateformes, j’ai 6 plateformes : Ebay, Etsy, Amazon, Storenvy, Cratejoy et Gumroad. Pour pouvoir faire un premier nettoyage, je fais appel à trois paramètres :

  • La tarification : Certaines plateformes exigent des frais d’abonnement mensuel. Par exemple, si vous voulez vendre à Amazon, vous devez disposer d’un compte vendeur professionnel qui vous coûtera 39 euros par mois, hors TVA. A eBay, cela va de 17 euros pour le plan basique à 260 euros pour le plan premium
  • Les coûts cachés : j’ai parlé des coûts cachés au début de l’article. Ce sont des coûts qui sont certes mentionnés sur les sites web des éditeurs mais qui échappent le plus souvent à la vigilance de nombre de personnes. Par exemple pour Amazon, si vous croyez que les 39 euros hors TVA par mois sont suffisants pour le compte  vendeur professionnel, vous serez surpris de constater qu’il existe aussi des “frais de vente” appliqués par article vendu.  Cela varie mais le minimum est de 0,50 euro…Sans compter les “frais de gestion” si vous vendez des livres, vidéo ou DVD. Pour eBay, des commissions allant de 3% à 6,5% vous seront appliquées en fonction de la catégorie dans laquelle est classée les articles que vous vendez. D’autres plateformes ont des frais de traitement des paiements lorsque le paiement ne passe pas par leur application. Cela se confond souvent avec ce qu’ils appellent “frais de transaction” mais parfois cela est dissocié.
  • Possibilité de test : Il est plus intéressant de se retrouver avec une plateforme qui vous permet de faire un test sans obligation d’achat. Il est vrai que les résultats de ce test ne peuvent pas être solides pour juger de la performance mais au moins, cela peut vous permettre d’avoir une idée sur l’ergonomie, la simplicité et la facilité d’utilisation.

J’ai recueilli ces données dans un tableau qui se présente ainsi :

image Tarification & Coûts Cachés pour les plateformes permettant de créer une simple boutique en ligne

De ce tableau et avec mon objectif en tête, j’exclus déjà Ebay et  Amazon pour impossibilité de test.  Pas question de m’engager sur une pente où je ne maîtrise pas les coûts juste pour une simple expérience. Il est vrai que ces deux plateformes drainent un énorme trafic et conséquemment, les exclure c’est s’exclure du nombre d’acheteurs potentiels. Ce sont des plateformes idéales pour soutenir une croissance, ni pour un début ou une aventure.

Par contre, exclure les autres me parait difficile dans la mesure où vous avez d’un côté des plateformes avec des frais d’abonnement mensuels élevés et des frais de transaction réduits, et de l’autre côté des plateformes avec des frais d’abonnement réduits mais des frais de transaction élevés. Tenez par exemple, Etsy  n’a pas d’abonnement mensuel mais prélève une commission de 3,5% pour chaque vente, alors que Cratejoy a un abonnement mensuel à 39 euros et ne prélève que 1,5% par vente. Il est clair que l’instinct vous oriente vers Etsy  car après tout, économiser 39 euros chaque mois est plutôt intéressant…Seulement 3,5% à partir d’un certain nombre de ventes peut sévèrement réduire vos marges. Pour y voir, je me lance dans une simulation. Supposons que vous ayez un produit à vendre et que vous définissiez le prix unitaire à 20 euros. Prenons pour un départ une moyenne de 100 ventes par mois…

image Tableau de simulation sur Ms EXCEL pour un produit à 20 euros, vendu en moyenne à 100 exemplaires par mois. Cratejoy est à 828 euros pendant qu’Etsy est à 840 euros.

Vous observez bien que le mode de tarification, en fonction du prix du produit et du volume de vente peut biaiser votre instinct. Si le produit est à 40 euros…

image

Vous voyez bien que plus on monte en prix, plus il est mieux d’avoir un prix fixe moyen (abonnement mensuel) et des frais de transaction bien réduits. Néanmoins, si le volume des ventes est réduit, l’abonnement à prix fixe vous coûte plus cher…Prenons notre exemple avec prix de vente à 20 euros et volume mensuel à 50 unités.

image

On peut se soumettre à tous types de simulation avec un prix à plus ou moins 20 euros, un volume de vente à plus ou moins 100 unités, le seul paramètre sur lequel vous avez moins de prise est le volume des ventes. Pour un début, il est toujours préférable de fuir les coûts fixes mais une fois que la mayonnaise prend et que les ventes décollent, ça devient compliqué…

Une autre personne, férue de maths, aurait pris une autre voie pour déterminer à quel niveau de commande ou de prix une option est meilleure :

image

Avec cette équation, vous savez que si le prix est par exemple à 10 euros, c’est à partir de 195 unités vendues que la tarification unique par commission n’est plus à votre avantage. Moins cela vous profite.

Mais toute cette analyse, bien que stimulante intellectuellement, ne vous mènera à rien car vous êtes fondamentalement en situation d’incertitude car vous n’avez aucun moyen de prédire le succès de votre entreprise. Vous ne savez pas jusqu’à quel niveau sera le volume des ventes. De même, la migration d’une plateforme est tout sauf aisée. Et en situation d’incertitude de ce que j’ai appris en lisant les livres de Nassim Nicholas Taleb, il faut toujours “fixer” ses pertes. Il est mieux d’avoir des coûts fixes pour une expérience où le potentiel de gain est illimité mais le risque de perte aussi présent.

Conséquemment, je vais tester Storenvy et Etsy  dans la mesure où ces plateformes vous offrent des possibilités d’expérience à moindre coût. J’ai exclu d’emblée Gumroad qui est bien coûteux pour une expérience. Dans un premier temps, j’envisageai exclure  Cratejoy mais je vais aussi tester leur plateforme pour les 14 jours d’essai.  Cratejoy  a un modèle économique qui est intéressant dans la mesure où les produits qui y sont listés sont vendus par abonnement. Par exemple, au lieu d’acheter du thé à l’unité comme à Amazon, vous pouvez sur  Cratejoy  souscrire à un abonnement mensuel où vous recevez un package de thé…

imageIci sur le site de  Cratejoy   avec des propositions de souscriptions pour la catégorie “Café & Thé”

Ce modèle est intéressant et nous y reviendrons lors de la présentation des tests. Sans tarder, passons plutôt à la seconde option, celle de créer une boutique complète.

Prenons la seconde option : créer une boutique complète, hébergement inclus.

image

Les critères de nettoyage qui ont prévalué pour la première option prévalent aussi pour la seconde option à savoir : tarification, coûts cachés et possibilité de test.  Le tableau suivant résume les résultats de l’analyse des sites des éditeurs.

image Tarification & Coûts Cachés pour les plateformes permettant de créer une boutique complète.

De ce tableau, vous verrez que j’ai exclu toutes les plateformes où il n y a pas de possibilité de test : Traede et Actinic. Izberg est plutôt exclue parce que plus “Marketplace” que plateforme.

Après cette première élimination à partir du critère de possibilité de test, je recours maintenant aux deux autres critères : la tarification et les coûts cachés. Avec un tableau pareil, je n’ai pas une bonne lisibilité pour la tarification. Alors, je me lance dans un classement par tranches, plus utile pour avoir une vue d’ensemble. Seulement, pour les tranches, j’ai choisi volontairement de réduire cela à 3 tranches : moins de 20USD, entre 20 et 30USD, et plus de 30USD. Ces tranches portent uniquement sur la formule de base proposées par les éditeurs. Dans un premier temps, je préfère laisser de côté les coûts cachés.

image

Comme vous pouvez l’observer, les plateformes ont été réparties suivant le prix d’entrée pour la formule de base, le premier palier de tarification. De plus, j’ai marqué en couleur orange clair les plateformes où il n y a pratiquement aucun coût caché.

Il est clair que si on s’en tient aux critères de tarification et de coûts cachés, Volusion et LemondStand sont les plateformes préférées pour se lancer dans l’e-commerce, pour la catégorie “création d’une boutique complète en ligne”, avec abonnement à coût réduit et aucun frais de transaction et/ou de paiement. Idéal pour une expérience.

Seulement, le prix a un contenu. Et ce contenu se rapporte tout simplement aux  fonctionnalités et options de la plateforme. Prenons par exemple LemondStand pour observer ce que j’entends par contenu…

image Illustration des limites de l’approche centrée uniquement sur le prix

Bien que LemondStand  soit l’une des meilleures plateformes pour les tests, on peut observer que le plan tarifaire d’entrée a une limite de 75 commandes par mois. Au delà, vous tombez dans un plan tarifaire plus onéreux et limité à 300 commandes par an… Pour un débutant, cela ne pose pas de problème mais s’il arrivait que votre expérience engrange des succès et vous amène dans une spirale vertueuse, vous allez devoir mettre la main à la poche.

Prendre une décision en se basant uniquement sur le prix a des limites. Conséquemment, je vais m’employer à tester aussi les autres plateformes pour pouvoir arriver à une meilleure analyse qualité/prix ou fonctionnalités/prix.

Les solutions B2C retenues pour les tests

Compte tenu de ce qui a été abordé plus, je me résous à arrêter une liste. Les plateformes retenues pour les tests de fonctionnalités sont les suivantes :

  1. Shopify
  2. BigCommerce
  3. Big Cartel
  4. Volusion
  5. Storenvy
  6. Cratejoy
  7. 3dcart
  8. Etsy
  9. Sellr
  10. LemonStand

Nous sommes ainsi quitté de 31 plateformes à 10 plateformes pour les tests. C’est loin de l’objectif de départ qui était de 5 plateformes. On peut avoir des objectifs mais ces objectifs ne doivent pas dicter notre ligne de conduite ou notre analyse. L’analyse m’a porté à 10 plateformes et je m’attèlerai à les évaluer par le truchement des périodes d’essai offertes. Il est à noter que j’éliminerai toute plateforme qui demandera ma carte bancaire avant toute évaluation.

Nous sommes partis de quatre critères de base : prix, fonctionnalités et options,  facilité d’utilisation et qualité du service client. Nous avons relevé que le premier critère, le prix, s’évaluait facilement à travers les plans tarifaires disponibles sur les sites web des éditeurs. Les deux critères suivants, fonctionnalités et ergonomie, s’évaluaient en passant par les périodes d’essai gratuit offertes par les éditeurs. Le quatrième et dernier critère, le support client, était plus difficile car cela nécessitait une relation longue. L’objectif est de choisir le meilleur sur les 3 premiers critères. Nous avons, avec cet article, abusé du premier critère. Les prochains billets de cette série “Créer une boutique en ligne” porteront sur l’évaluation des différentes plateformes suivant les fonctionnalités offertes et la facilité d’utilisation. N’oubliez pas de vous abonner par mail pour ne rien rater et surtout, laissez un petit commentaire.

Il y a 2 commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *