La vente de rêves : décryptage d’une arnaque par un cas pratique

road-sign-464641_640 

Ce billet est une mise à jour ou actualisation d’un billet posté dans mon précédent blog il y a près de deux ans. Les choses n’ayant pas évolué depuis, je l’ai repris avec les données actuelles.

J’ai gagné 10 000 euros en une journée”, “Comment je gagne XXX euros par jour en étant à la plage”,…etc. Ce genre d’annonces pullulent sur Internet et séduisent nombre d’internautes qui n’hésitent pas à y croire et rentrent dans le jeu bien huilé de ces arnaqueurs.

Si vous parcourez nombre de blogs ou sites personnels, vous observez une diabolisation du travail sur le web. Et à travers cela, ces blogs vendent un style de vie qui, dans l’imaginaire, anime naturellement tout être humain. Tout le monde rêve de ne plus être soumis aux difficiles horaires de boulot, tout le monde rêve de ne plus travailler, de gagner d’énormes sommes d’argent, de passer plus de temps à la plage, en famille et surtout de faire vraiment ce que l’on aime comme activité. Je le répète, cela trône dans l’imaginaire de chacun.

Pour arriver à leurs fins, ces blogueurs mettent en scène ce style de vie en présentant des photos où ils se pavanent à la plage et vous orientent tout en bas vers une « formation » ou un « livre » où il sera question de vous montrer le « secret » qui leur a permis de se « libérer » de leur boulot et d’être « indépendant » financièrement.

J’ai tellement vu ces annonces et je dois l’avouer, cela m’a fait sourire au début, seulement au début. Et plus le temps passait, et plus je constatais que ces entrepreneurs de l’imaginaire florissaient dans leur business. Vous voyez les mêmes aujourd’hui et trois ans plus tard, vous les revoyez revendant leurs mêmes sauces, sans que personne ne se pose la question de savoir comment un secret diffusé n’a pas permis l’éclosion d’autres indépendants, d’autres « libérés » du boulot.

Cette exploitation de la volonté de tout un chacun d’être indépendant financièrement et professionnellement n’est pas isolée. Dustin Moskovitz, co-fondateur de Facebook, a commis un article intitulé “Good and Bad Reasons to Become an Entrepreneur” qui m’a marqué, tant ce qui est décrit est conforme à la réalité, loin des stéréotypes lus ici et là. De quoi est-il question dans cet article?

Dans cet article, Dustin Moskovitz qu’on ne présente plus puisqu’il est non seulement co-fondateur de Facebook, mais aussi co-fondateur ou fondateur d’autres startups, relève un phénomène qui l’a surpris. Dans l’imagerie populaire, on associe souvent le statut d’entrepreneur avec la séduction, le succès, la flexibilité au niveau de l’emploi du temps, la richesse, la stature du grand boss,..etc. Et il fait porter la responsabilité de cette imagerie populaire aux médias, qui à travers les reportages faits sur certains succès, ne présentent qu’un côté reluisant alors qu’il n’en est rien. Et tout au long de l’article, il met en garde de jeunes entrepreneurs qui pensent trouver richesse, flexibilité, succès et autres dans l’entreprenariat de réfléchir à deux fois avant de s’y lancer. L’auteur est bien placé pour le dire. Et il affirme même, preuves à l’appui, que cette richesse, cette flexibilité ou ce succès tant recherché, on peut les obtenir même en étant salarié d’une grande entreprise.

Pour ma part, je constate avec effarement que plusieurs blogueurs professionnels suivent la même voie des médias que dénoncent Dustin Moskovitz : ils encensent l’activité de blogging au point de demander à certains d’abandonner leur boulot pour s’y consacrer à plein temps. Et vous verrez plein d’interviews pullulés sur Internet, des photos de plage, d’hôtels, de demeures paradisiaques. Et certains crédules d’y croire. Seulement, plusieurs vous présentent ce tableau idyllique avec un seul et unique conseil : souscrivez à leurs formations. Grâce au fric ainsi gagné, ils pourront multiplier les escapades avec photos et appâter d’autres crédules. La chaine est ainsi bouclée.

Le gain d’argent sur Internet existe, même en bloguant. Cela est possible mais vous n’y arriverez certainement pas par leurs formations. La plupart des réussites du web l’ont été par tâtonnement, essais et erreurs. Une fois après avoir réussi, une histoire est construite dessus et emballée pour être vendue sous forme de “formations”. A la lecture de cela, certains vont recourir aux exemples de blogueurs ayant souscrit à  ces formations et réussi. Moi je leur répondrai que statistiquement, c’est possible, même par chance. Si vous formez 1000 personnes, il est possible que 3 y arrivent, par chance et non par votre méthode. Brandir ces 3 personnes pour présenter l’efficacité de votre méthode, c’est le propre du charlatan. Où sont passé les 997 autres? Le taux est bien faible pour s’en réjouir. D’ailleurs, ces blogueurs formateurs eux-mêmes attribuent un faible taux de réussite à leurs formations puisqu’ils dégagent toute leur responsabilité dans votre succès ou votre échec dans les mentions légales de leur site ou blog.

image Ici, le site de Jeff Walker, l’artisan du “Product Launch Formula”, la méthode la plus employée par les bloggeurs professionnels. Exceptionnellement, Il faut reconnaitre qu’il fait un travail sérieux mais sa protection juridique trahit la difficulté d’attribuer le succès ou l’échec à sa seule méthode. Pourtant, le marketing ou la page de vente n’est pas assez mesurée comme cet avertissement.

Parcourez les “formations” sur le web, vous verrez en fouinant dans les mentions légales cet avertissement. Cela est bien évidemment contraire à l’argument de vente lu. C’est la raison pour laquelle je recommande toujours à ceux qui veulent bloguer de ne jamais abandonner leur boulot s’ils en ont un, contrairement aux charlatans qui le conseillent.  Refermons cette parenthèse car ce n’était pas cela le cœur du billet d’aujourd’hui.

Ce billet  a été inspiré par un site que j’avais ouvert par hasard il y a près de 2ans. Le thème ne m’intéressait pas du tout et j’ai voulu fermer la page. Mais à la dernière seconde du clic sur le bouton de fermeture de la page, je me suis avisé et j’ai voulu y voir clair. J’ai donc entrepris de lire religieusement le long texte de la page d’accueil de ce site et de vous livrer mes impressions après analyse.

Le site en question est http://www.gagner-argent.org/ et en parlant de site, c’est plutôt une page de vente pour un autre site : http://www.sylvainduport.com/. Il y a de cela deux ans, c’était la page de vente de http://www.r1profit.com/.

imagePage actuelle en Mars 2016

image

Page capturée en Août 2014

Le concepteur du site a dû comprendre que le nom de domaine ayant un grand poids dans l’algorithme de classement des pages des moteurs de recherche comme Google, il fallait doter son site d’un tel nom de domaine. Et le pari est gagné parce qu’avec une recherche sur “gagner argent”, il apparait néanmoins à la première page de recherche de Google. Il y a de cela deux ans, il était mieux classé!!!

image

Page actuelle en Mars 2016

image Page capturée en Août 2014

C’est dire que cela est intelligent et bien visé par le concepteur du site, puisque ce terme est toujours porteur, même après tant de mois passés, comme on peut le voir avec Google Trends :

image Capture en Mars 2016

image Capture en Août 2014

On peut aussi le voir avec les statistiques de fréquentation du site, aisément accessibles par SimilarWeb. On tourne autour de 35 000 visites mensuelles, comme il y a 2 ans. Seulement, on a des pics qui grimpent à 40 000, voire 50 000 visites pour certains mois. Il y a très peu de sites personnels ou blogs qui peuvent se targuer d’avoir une telle audience. Donc, nombre d’internautes sont toujours à la recherche du gain sur Internet. Un bon marché pour les arnaqueurs.

image Capture en Mars 2016

image Capture en Août 2014

Mais revenons à notre sujet. Une histoire (la même histoire mot pour mot qu’en 2014) est racontée comme quoi on crevait avant, on n’avait même pas un sou avant d’être tombé sur http://www.sylvainduport.com et après, on s’est retrouvé à plus 452 euros par jour. Un amateur internaute crédule s’empressera d’aller sur le site pour avoir aussi ces 452 euros par jour… Et je suis surpris que des personnes tombent dans ce genre de piège : c’est comme si, tombé dans une boite aux trésors, vous ameutiez tout un village pour venir partager la fortune avec vous. Cela n’existe pas dans notre monde, encore moins sur Internet. Et notre bienfaitrice du site sait que tout le monde se posera cette question et elle apporte une réponse au détour de son histoire :

image

Et à la fin, elle présente une voiture acquise selon ses dires grâce à la méthode présentée par le site.

image

Je suis surpris de ne point voir apparaitre une image de la bienfaitrice… Cela aurait pu faire sérieux de la voir dans cette voiture puisqu’on peut trouver n’importe quelle image de voiture sur le Net…

Oui! On m’objectera que je suis bien pessimiste et qu’elle pouvait aussi prendre la voiture d’une amie et se prendre une photo… Alors pourquoi en faire tout un tas?

A ce niveau, je vais vous présenter ce que j’avais fait en Août 2014 et ce que j’ai fait en ce mois, en Mars 2016.

En Août 2014, voilà ce que j’écrivais : Je me sens obligé de me faire une idée sur la bienfaitrice puisque nulle part ne figure son nom… Je veux donc savoir à qui appartient ce site grâce à Who.is, un moteur de recherche pour nom de domaine et j’ai le résultat suivant :

image

Je constate donc la mention “WhoisGuard” comme propriétaire du site. Perplexe, je fais une recherche sur le Net pour en savoir plus et là, je constate que c’est un logiciel de chiffrement de nom de domaine qui a été utilisé, WhoisGuard :

image

Cela n’a pas changé en 2016, puisqu’en passant par l’ICANN pour le WHOIS, on a ceci :

image

Là encore, on peut se dire que cette dame généreuse a voulu juste se protéger des spammeurs… De plus, cette option est fournie par les fournisseurs de noms de domaine… Pourquoi s’en priver… Je décide de faire une recherche à Google avec le mot clé “http://www.r1profit.com/”… Et je retrouve un site similaire avec le même témoignage, photo différente

 

image

Décidément… Il y a plein de philanthropes dans ce monde! Il recommande le même site.

image Capture en Août 2014

image Capture en Mars 2016

Autre site :

image Capture en Août 2014

image Capture en Mars 2016

Les sites changent, avec le même modèle de présentation et quelques variations au niveau de l’histoire.

Malheureusement pour eux, on trouve un site, Franceoptionsbinaires, qui fait un énorme travail d’alerte en suivant la liste noire des brokers d’options binaires établie par l’AMF, l’autorité des marchés financiers. Et je constate la mise en garde d’un internaute :

image

Ce site masque un broker véreux d’options binaires. Mais c’est quoi une option binaire? Franceoptionsbinaires le définit pour nous :

Une option binaire est un produit financier dont le rendement final est connu à l’avance. On nomme cela une options binaire car la seule possibilité finale est soit le gain du rendement soit la perte de l’investissement. Il y a donc seulement 2 possibilités d’où le binaire (0 ou 1). C’est un produit qui a permis d’ouvrir un peu plus l’investissement sur les marchés des devises aux particuliers en simplifiant à l’extrême le trading. Même si le premier des modes de trading d’options binaires était le High/Low, que l’on appelle également Call/Putt ou Haut/Bas, on retrouve aujourd’hui de nombreuses variantes.

Je ne suis pas spécialiste de la question et vous pouvez vous rendre sur leur site pour plus d’explications. Dans tous les cas,

Le but est très simple et la technique utilisée par de nombreux brokers non régulés en France. On vous mets sous les yeux une technique de trading afin de vous donner envie de trader. Ils préconisent bien sûr leur plateforme en évitant de vous dire qu’ils sont hors la loi. Si vous déposez de l’argent sur un broker interdit alors vous avez de fortes chances de subir un des deux cas de figure ci-dessous :

1. Vous réalisez des bénéfices et au moment d’effectuer une demande de retrait plus personne ne répond. Ils viennent de disparaître avec vos gains et votre argent.

2. Vous n’arrivez pas à trader et finissez par perdre tout votre capital. Aucun risque pour eux ce n’était pas leur argent que vous venez de perdre sur les marchés.

Vous pourrez toujours tenter de les poursuivre en justice, c’est peine perdu même avec le meilleur des avocats. Ces sociétés exercent dans des paradis fiscaux avec bien souvent de faux directeurs et faux actionnaires. Il vous sera impossible de retrouver les responsables.

Franceoptionsbinaires a même publié un autre article fin 2015 pour mettre en garde les internautes contre l’arnaque.

Pour les paradis fiscaux, on peut voir à partir d’un Whois sur leur nom de domaine que la société propriétaire de r1profit est au Panama :

image

Même l’URL www.internetbs.net est un prête-nom : c’est un service de détournement de noms de domaine et d’adresses mails… Jugez plutôt par l’extrait du site www.internetbs.net :

image

Et rassurez-vous, faites une recherche à Google, le Panama est bel et bien un paradis fiscal… selon la dernière liste établie par l’OCDE. Un paradis fiscal non coopératif faut-il le préciser.

Pour la mise à jour de 2016, en faisant une recherche WHOIS pour l’adresse www.sylvainduport.com/, j’obtiens ceci :

image

Un autre service de détournement de noms de domaines et d’adresses mails : TLD Registrars Solutions.

image

Le site est hébergé à Nassau : c’est au Bahamas. Inutile de développer que c’est un paradis fiscal…

De plus, cette nouvelle adresse  vers laquelle tous ces sites pointent, www.sylvainduport.com, est celle d’un escroc.

image

Apparemment, le vrai Sylvain Duport existe  mais cette performance tant vendue date des années 2000 et l’intéressé a disparu depuis de la scène.

image Capture faite à partir d’ICI

Vous constatez avec moi qu’on ne connait même pas qui se cache derrière toute cette entreprise et tous ces sites.

Il n’existe pas d’enrichissement supersonique sur Internet. Comme dans la réalité et la “vraie” vie, on le fait par le loto ou le poker (les jeux de hasard) et encore! Ceux qui refusent cette réalité se retrouveront, comme beaucoup de crédules, dans des formations sans fin. Ce n’est à la fin que le prix de l’ignorance.


Il y a 4 commentaires Rejoignez la discussion

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *