Mes 2 axes de recherche pour les 6 derniers mois de l’année.

geometry-1023846_1280

J’avais produit il y a quelques mois un billet qui abordait la difficulté d’orientation dont faisait face des parents et même des jeunes face à un environnement incertain, situation qui amenait certains parents à orienter leurs enfants sur des métiers qu’ils jugeaient porteurs en se basant uniquement sur leur expérience, expérience attachée à un environnement économique bien précis. L’enfant peut se retrouver, une fois adulte, devant un métier tombé en désuétude ou n’étant plus porteur en terme de revenus, la situation économique ayant évolué. Pour exemple sans statut de généralité, quand j’étais jeune, mes parents et même le voisinage ne voyaient la réussite de leurs enfants qu’à travers la comptabilité et la banque. Ils n’étaient pas les seuls et vous pouviez voir les effets de cette vision de la réussite une fois au supérieur où ces filières avaient des effectifs pléthoriques. Je vous laisse imaginer les conséquences sur le marché de l’emploi avec des diplômés en masse que l’économie ne peut pas absorber.

Cette réflexion soulève la question de la décision en situation d’incertitude. C’est un thème préoccupant car nous avons toujours maille à partir avec l’incertitude…Depuis notre tendre enfance, nous sommes bercés par des certitudes et nous en formons chaque jour. Lorsqu’on se retrouve devant une situation imprévue ou non envisagée, notre monde s’écroule et nous sommes démuni pour affronter cela. Je suis convaincu que le marché du développement personnel est florissant parce que nous n’avons pas les armes psychologiques et intellectuels solides pour composer avec l’incertain. C’est pour cela que la lecture des livres de Nicholas Nassim Taleb sont importants pour un début de solution. A travers la lecture de ses livres, on comprend que la probabilité fournit une grammaire pour le risque et l’incertitude, deux mots (maux?) qui nous accablent dans la vie quotidienne. Mais vous et moi ne sommes pas des mathématiciens, statisticiens ou spécialistes de probabilités pour manier avec verve tout le corpus technique contenu dans le premier livre de probabilités tombé sous la main.

Heureusement pour le commun des mortels, David Aldous, mathématicien spécialisé en probabilités, a mis en ligne une liste de livres “non techniques” afin de permettre au non spécialiste de se faire une idée sur l’approche probabiliste. Ainsi, j’ai décidé de balayer une bonne partie de ces livres dans les semaines à venir. Je vous conseille d’aller sur cette page et de vous y mettre. C’est le premier axe de recherche pour les six (06) derniers mois de l’année 2016.

Autre axe de recherche : l’informatique ou plus précisément, la programmation. Ce serai bien intéressant qu’à la fin de l’année, je puisse pondre un programme de moi même…Il ne faut jamais s’interdire une aventure intellectuelle. On en parle beaucoup et on en écrit des tonnes sur le Net. J’ai donc décidé de m’y mettre en commençant par me doter de bases solides en programmation par le téléchargement et l’installation d’ALICE, un logiciel éducatif à la programmation. J’ai fait des recherches solides là dessus et je pense que c’est le meilleur, bien qu’on puisse compléter cela par d’autres pistes comme le très recommandé Structure and Interpretation of Computer Programs de Hal Abelson, Jerry Sussman et Julie Sussman. Des ressources, il y en a, c’est le temps à allouer qui fait défaut.

Ces deux axes de recherche ne remettent pas en cause la ligne éditoriale de ce blog qui aborde la façon dont les entreprises gagnent ou ont l’intention  de gagner de l’argent. Nous l’avons déjà fait pour Google, Facebook, Twitter et Apple. Je travaille sur d’autres entreprises et cette série continuera sans entraves.

Néanmoins, la fréquence de publication en prendra un coup comme vous l’avez déjà remarqué ces dernières semaines où je ne publie plus deux (02) fois par semaine comme d’habitude. Je n’ai pas le choix : entre le boulot, les obligations personnelles, les aléas de la vie quotidienne et ce blog, c’est le travail qui manque le moins pour paraphraser La Fontaine mais la contrainte “temps” m’obligera toujours à des ajustements.

Je ne peux que terminer ce billet en vous conseillant de vous lancer comme moi. Si vous avez des difficultés à vous lancer à cause de la langue anglaise, passez par Duolingo sans perdre de temps.


Il y a un commentaire

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *