Archives du mot-clé Business Model

Comment MICROSOFT gagne son argent ?

 windows-8 Icône produite par Icomoon pour www.flaticon.com

L’ambition de ce blog est de donner une représentation de la façon dont les entreprises gagnent de l’argent, en s’appuyant sur le business model canvas du livre “Business Model Generation : A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers”.  Cet exercice a déjà été fait pour Google, Facebook, Twitter et Apple. Aujourd’hui, nous allons le faire pour MICROSOFT.

Cette représentation se faisant en neuf (09) blocs, je ne vais plus détailler le contenu théorique de ces blocs comme cela a été fait au début de cette série. Je vais passer directement à l’application et pour ceux qui veulent se faire une idée des neuf (09) blocs du business model canvas, vous pouvez cliquer ICI.

MICROSOFT n’est plus à présenter tant son nom est associé dans l’imagination au fameux système d’exploitation Microsoft Windows dont les sorties étaient tant attendues et le symbole de la modernité dans le secteur des micro-ordinateurs était de disposer d’un ordinateur avec la dernière version de Ms Windows installée. Le nom de MICROSOFT est aussi populairement associé à Ms OFFICE, la suite bureautique qui a conquis le monde. Seulement, cette association qui avait tout sens il y a quelques années est devenue trompeuse avec le MICROSOFT d’aujourd’hui.

Avant d’y arriver, rappelons que traditionnellement, MICROSOFT s’est construit en tant qu’éditeurs de logiciels pour PC: logiciels d’exploitation et logiciels d’application dont les plus connus sont regroupés dans la suite Ms OFFICE.

Dans l’architecture d’un ordinateur, MICROSOFT évoluait dans la couche “Software”.

AP01Illustration de l’architecture d’un ordinateur. MICROSOFT évoluait dans la couche “Software” avec son système d’exploitation pour ordinateur personnel (Ms Windows) et pour serveur (Ms SERVER) ainsi que ses nombreuses applications : La Suite Office, Ms Project, VISIO, OneNote, ACCESS & Autres.

Aujourd’hui, les choses ont évolué et MICROSOFT a dû s’adapter… Il y a quelques années, c’est le PC (Personal Computer), l’ordinateur personnel qui dominait comme appareil. Depuis les choses ont changé comme on peut le voir avec la chute continue des ventes de PC…

chartoftheday_5241_global_pc_shipments_since_2008_nSource : Statista

Pendant que le marché du PC s’essouffle, le marché des Smartphones, et dans une moindre mesure celui des tablettes continue de croître…

statistic_id263441_global-smartphone-shipments-forecast-2010-2020 Source : Statista

Dans ces conditions, MICROSOFT comprenant que l’ère des PC où elle avait régné en maitre dans la couche du “Software” était révolue avec la montée en puissance d’autres appareils, elle a dû s’adapter en conséquence.

chartoftheday_5172_household_penetration_of_connected_devices_n Source : Statista

Parti de 2006, son offre se résumait à ceci :

MS02 L’offre de Microsoft en 2006

Dix ans plus tard, en 2016, Microsoft s’est transformé et il est difficile de l’associer à un éditeur de logiciels…

APPLE2 (1)

Comme APPLE, MICROSOFT converge vers cette stratégie d’intégration verticale de toute la chaîne de production d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un Smartphone. Mais c’est une stratégie mesurée pour le cas de Microsoft, compte tenu de sa poule aux œufs d’or qui est la vente de licences (sur les systèmes d’exploitation et la suite Office) aux différents intégrateurs et assembleurs. Elle ne peut pas pousser le bouchon trop loin pour ne pas frustrer ses partenaires dans le secteur des micro-ordinateurs. Continuer la lecture de Comment MICROSOFT gagne son argent ? 

Comment varier l’offre pour mieux vendre? (2)

 

 door-672999_1280

Nous avons parlé de l’offre lors de notre longue série de présentation des neuf (9) bloc du business model canvas, cette représentation de la façon dont une organisation gagnait (ou avait l’intention de gagner) de l’argent. Ce billet fait suite au billet “Quels produits vendre sur un blog?” où nous terminions par la question “Comment susciter de l’intérêt pour un produit?”. Evidemment, plusieurs moyens existent pour susciter l’intérêt pour un produit et la variation de l’offre en est une.

Le but de l’offre est de permettre aux clients d’entrer en relation avec l’entreprise, de pousser le client à agir. Et je ne vous apprends rien : pousser une personne à agir n’est pas chose facile. Les ressorts de l’action peuvent se trouver dans la motivation, l’urgence, la peur, le sentiment d’appartenance, la réciprocité,  …etc. Ces ressorts d’action sont le plus souvent intégrés dans les offres afin de nous pousser à agir et poser l’acte d’achat.

Précédemment, nous avons commencé cette série avec les variations d’offre qui s’appuie sur l’urgence pour nous pousser à agir.

Aujourd’hui, nous allons aborder les variations d’offre qui visent à augmenter le taux de conversion, à booster votre décision d’achat. Il est vrai que toutes les offres sont conçues pour obtenir une réponse de votre part par un achat mais là, on vous tire la main…ou si vous voulez, on vous graisse la patte.

Quelles sont donc les variations d’offre pour vous forcer la main?

  • Essai gratuit : Le web abonde d’éditeurs de logiciels ou d’applications web qui proposent l’essai gratuit pendant une période donnée avant de vous décider. Vous pouvez souscrire et utiliser le service gratuitement pendant 30 jours sans obligation de finaliser. Prenons le cas de Microsoft avec Office 365 qui vous propose un essai pendant un mois…

image

 

  • Cadeau offert : Parfois, un cadeau offert est plus parlant à un client qu’une réduction de 30% par exemple. Retenons Amazon pour illustrer ce cas.

image 

Ou encore ceci :

image 

  • Le “Satisfait ou Remboursé” : C’est une garantie accordée au client qui vise à modifier sa perception du risque. Prenons encore cet exemple cité sur Amazon :

image

Ou encore ceci extrait de Cdiscount :

image 

  • Offre d’un bon d’achat : Ici, vous achetez un produit et un bon d’achat d’un taux ou d’une valeur définie vous est offert. Prenons l’exemple d’une offre de Cdiscount…L’achat d’une XBOX ONE vous permet de bénéficier automatiquement d’un bon d’achat dont la valeur est de 50% le montant de votre achat.

image

Il est vrai que cet octroi de bon d’achat est toujours bien encadré juridiquement…comme on peut le voir avec une offre d’IKEA.

image

  • Loteries : C’est une variation qui peut être utilisée pour booster les ventes, en forçant la main de vos fidèles clients et même de ceux qui ne sont pas vos clients. Seulement, cette astuce marche juste la période couverte par la loterie.

Pour conclure, la variation d’offre qui vise à augmenter le taux de conversion, à booster la décision d’achat s’appuie sur :

  • l’essai gratuit, pendant une période définie,
  • un cadeau offert, bien évidemment gratuit,
  • la garantie “satisfait ou remboursé”
  • l’offre d’un bon d’achat,
  • les loteries et tirages au sort.

On peut résumer cela avec la maxime “Il faut d’abord donner pour recevoir”. C’est cette notion de “don” qui guidera votre imagination afin de rôder vos offres.

Bien évidemment, nous n’avons pas parcouru tous les cas particuliers de cette variation et si à l’avenir nous tombions sur un cas fort intéressant, nous ne manquerons pas d’y revenir. Sur ce, je vous donne rendez-vous ce samedi pour un autre billet.


Comment varier l’offre pour mieux vendre ? (1)

spaceX© SpaceX par Unsplash

Nous avons parlé de l’offre lors de notre longue série de présentation des neuf (9) bloc du business model canvas, cette représentation de la façon dont une organisation gagnait (ou avait l’intention de gagner) de l’argent. Ce billet fait suite au billet “Quels produits vendre sur un blog?” où nous terminions par la question “Comment susciter de l’intérêt pour un produit?”. Evidemment, plusieurs moyens existent pour susciter l’intérêt pour un produit et la variation de l’offre en est une que nous allons aborder aujourd’hui.

Pour rappel, l’offre est la raison pour laquelle les clients se tournent vers une entreprise au lieu d’une autre. C’est le cœur de tout business model. Si vous voulez créer une entreprise, c’est toujours la première question qui vous sera posée : quelle sera votre offre ? C’est l’offre qui donne une identité à une entreprise.

Le but de l’offre est de permettre aux clients d’entrer en relation avec l’entreprise, de pousser le client à agir. Et je ne vous apprends rien : pousser une personne à agir n’est pas chose facile. Les ressorts de l’action peuvent se trouver dans la motivation, l’urgence, la peur, le sentiment d’appartenance, la réciprocité,  …etc. Ces ressorts d’action sont le plus souvent intégrés dans les offres afin de nous pousser à agir et poser l’acte d’achat.

Cet article fait partie d’une série d’articles que nous publierons lors des 2 prochaines semaines pour voyager au cœur des variations d’offres proposées par les entreprises pour nous pousser à poser l’acte d’achat.

Comme dit plus haut, poussez l’être humain à agir n’est pas chose facile et les entreprises rivalisent d’imagination pour atteindre leur but. Prenons l’exemple de cette capture d’écran d’une entreprise qui cherche à recueillir les adresses mails des visiteurs de son site intéressés par un cours gratuit qu’elle propose. Pour éviter au visiteur de reporter l’action, elle a inséré dans la page de présentation du cours un compteur…

image

Avec ce compteur qui égrène à chaque seconde le temps restant, elle créée un sentiment d’urgence chez les visiteurs du site qui n’hésitent pas à s’inscrire au cours pour ne pas rater cette opportunité.

Nous allons donc faire un tour d’horizon des différentes variations d’offre utilisées par les entreprises du web pour pousser leur cible à agir dans le sens voulu.

Commençons ainsi par l’urgence : comment l’urgence est intégrée dans les offres?

Créer l’urgence dans une offre vise à annihiler l’hésitation qui nous habite parfois lors d’une décision.  Ainsi, on créée une urgence dans l’offre en :

  • définissant une limite temporelle à l’offre proposée. Amazon propose une réduction de prix sur son Kindle Paperwhite valable jusqu’au 30 Mai.

image

Ou encore LOWE’S qui présente son offre avec limite temporelle. Continuer la lecture de Comment varier l’offre pour mieux vendre ? (1) 

Comment APPLE gagne son argent

apple-763766_640

L’ambition de ce blog est de donner une représentation de la façon dont les entreprises gagnent de l’argent, en s’appuyant sur le business model canvas du livre “Business Model Generation : A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers”.  Cet exercice a déjà été fait pour Google et Facebook. Aujourd’hui, nous allons le faire pour Apple.

Cette représentation se faisant en neuf (09) blocs, je ne vais plus détailler le contenu théorique de ces blocs comme cela a été fait pour Google et Facebook. Je vais passer directement à l’application et pour ceux qui veulent se faire une idée des neuf (09) du business model canvas, vous pouvez cliquer ICI.

On ne présente plus Apple dont les sorties de produit n’ont rien à envie aux lancements de films hollywoodiens avec stars, foules en liesse, médias mobilisés. Cela n’a rien du hasard, tant Apple a établi sa marque avec la qualité, l’originalité de ses produits et surtout la personnalité de l’un de ses fondateurs, Steve Jobs. Inutile que je produise du verbiage sur ce que tout le monde sait déjà. Tant de livres, d’articles, de journaux ont été consacrés à Apple. Une petite recherche sur le web et vous serez submergé de tout type d’information par rapport à votre besoin.

image On voit bien le cycle du verbiage lié à APPLE. Le décollage de la courbe entre 2003 et 2004 marque le lancement à succès de sa gamme de produits électroniques.

Ce billet vise donc à vous donner une représentation sur la façon dont Apple gagne son argent, et non l’histoire d’Apple et autres anecdotes. Tout au plus, j’ajouterais que depuis sa création en 1976 par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wayne avec un circuit imprimé comme premier produit, Apple a fait du chemin, du premier Macintosh lancé en 1984 au iPhone SE lancé en Mars 2016. Ce qui est intéressant à noter pour ce billet, c’est qu’Apple est passé d’un revenu annuel de 8 milliards US dollars en 2004 à 180 milliards de revenu annuel en 2014! En 10 ans, elle a multiplié son revenu par 22! C’est inédit.

image

Parti de commercialisation d’ordinateurs de bureau, elle a évolué vers les produits électroniques grand public.  A la différence des deux cas que nous avions présenté récemment, à savoir Google et Facebook qui tire plus de 90% de leurs revenus uniquement de la publicité, Apple a des revenus diversifiés sur plusieurs produits et services.

image

Avant 2001, Apple se contentait de produire le fameux MAC, un produit intégré puisque tout Mac était conçu, développé et produit par Apple, du hardware au software, logiciels d’exploitation et applications inclus, ainsi que les périphériques et accessoires. Et cela n’a pas changé aujourd’hui puisque tous les produits d’Apple ont gardé cette approche : ce sont des produits parfaitement intégrés. Dès que vous ouvrez un Mac, tout le nécessaire est inclus.

APPLE01

Seulement, comme nous le voyons dans la répartition du chiffre d’affaires d’APPLE en 2015, plus de 66% de ses revenus en 2015 proviennent d’un seul produit : l’iPhone. En fait, la croissance exponentielle des revenus d’APPLE, passés de 8 milliards en 2004 à 188 milliards en 2014, a été soutenue par l’iPhone depuis son lancement en Juin 2007. Continuer la lecture de Comment APPLE gagne son argent 

Comment Twitter gagne son argent

 

twitter-1007075_1280

Après avoir abordé les cas de  Google et Facebook par le business model canvas, nous portons aujourd’hui notre attention sur Twitter.

 Twitter est un réseau social qui comptait fin 2015 près de 305 millions d’utilisateurs actifs

statistic_id282087_twitter_-number-of-monthly-active-users-2010-2015

Dans la concurrence féroce que se livre les réseaux sociaux, Twitter peine derrière Facebook et son milliard et demi d’utilisateurs, ou encore les 900 millions de WhatsApp. Même les derniers nés comme Instagram ou WeChat lui ont dammé le pion.

image Source : Statista.

Quand on observe le premier graphique, on relève un ralentissement de la progression du nombre d’utilisateurs actifs de Twitter depuis le premier trimestre 2015, stagnation qui alimente les doutes et les peurs sur les perspectives de croissance et de rendement de Twitter…L’action Twitter a perdu plus de 60% de sa valeur sur les 12 derniers mois : 20 milliards US dollars se sont évaporés ainsi.

image Source : YAHOO Finance, cours de l’action Twitter.

Et les choses ne s’arrangent pas pour autant, si on s’en tient au temps alloué par les utilisateurs aux réseaux sociaux…même si cela reste cantonné au mobile. Continuer la lecture de Comment Twitter gagne son argent 

Comment Facebook gagne son argent : Facebook vu par le business model canvas

 

like-1135176_640

Nous poursuivons notre exploration du business model des entreprises, à savoir la représentation de la façon dont ces entreprises gagnent de l’argent. Nous avons débuté par Google et pour ce billet, c’est Facebook qui a été choisi.

Facebook est un réseau social qui comptait fin 2015 plus d’un milliard et demi d’utilisateurs actifsContinuer la lecture de Comment Facebook gagne son argent : Facebook vu par le business model canvas 

Comprendre le ciblage publicitaire sur le web

darts-856367_1280

Depuis de nombreuses années déjà, on lit ou entend ici et là les mêmes récriminations sur les violations de vie privée de la part des géants du web, surtout Google et Facebook… A chaque révision ou évolution des conditions d’utilisation que d’ailleurs peu de personnes prennent la peine ou le temps de lire, les articles déferlent sur le web pour nous annoncer l’apocalypse en agitant le drapeau du “big brother”, inspiré du roman “1984” de George Orwell. Et comme le précise d’ailleurs Wikipédia,

“L’expression « Big Brother » est utilisée pour qualifier toutes les institutions ou pratiques portant atteinte aux libertés fondamentales et à la vie privée des populations ou des individus.”

Malgré tous ces chants bien accordés de condamnations qui sonnent comme des refrains chaque année, j’ai entrepris de faire une exploration du sujet pour comprendre pourquoi ce phénomène durait bien des années. Et cette exploration a été plus aisée avec la lecture d’un billet fort intéressant publié par Matt Cutts qui en passant travaille pour Google.  Ce billet s’intitule « Fostering open source services » qu’on peut traduire par “Promouvoir les services open source”. Qu’y a t-il d’intéressant dans ce billet?

La question à une inconnue : Comment financer un service “gratuit”?

Continuer la lecture de Comprendre le ciblage publicitaire sur le web 

Comment Google gagne son argent : Google vu par le business model canvas

browser-773216_640

Nous avons parcouru les semaines précédentes les neuf (09) blocs du concept de business tel que présenté dans le livre “Business Model Generation : A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers” d’Alexander Osterwalder et Yves Pigneur. Les auteurs définissaient ce qu’ils entendaient par “business model” comme la représentation de la façon dont une organisation gagnait ou avait l’intention de gagner de l’argent. On peut critiquer la réduction d’une organisation à cette finalité mais comme cela est bien défini, ce n’est qu’une représentation. Et comme je l’avais précisé dans le billet introductif, cette représentation est utile dans la mesure où elle oriente l’observation d’un phénomène. Donc c’est la valeur pédagogique de ce modèle qui est retenue, pour justement orienter les entrepreneurs ou apprentis entrepreneurs à observer comment une entreprise gagne de l’argent.

Google a engrangé en 2015 des revenus globaux pour plus de 74 milliards US dollars, avec près de 67 milliards de revenus publicitaires. Donc plus de 90% des revenus de Google viennent de la publicité. Continuer la lecture de Comment Google gagne son argent : Google vu par le business model canvas 

Le concept de business model d’Alexander Osterwalder (10)

image

Nous terminons aujourd’hui notre série sur la présentation du « business model » suivant le livre bestseller Business Model Generation : A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers d’Alexander Osterwalder et Yves Pigneur. La série a été la suivante :

Aujourd’hui, nous terminons avec le dernier bloc sur la structure des coûts. Continuer la lecture de Le concept de business model d’Alexander Osterwalder (10) 

Le concept de business model d’Alexander Osterwalder (9)

  image

Nous entamons la dernière ligne de cette série sur la présentation du « business model » suivant le livre bestseller Business Model Generation : A Handbook for Visionaries, Game Changers, and Challengers d’Alexander Osterwalder et Yves Pigneur. La série a été présentée ainsi :

Aujourd’hui, nous allons présenter le huitième bloc qui portent sur les partenaires clés. Continuer la lecture de Le concept de business model d’Alexander Osterwalder (9)